• Dorian Jones (Soyaux-Angoulême) contre Colomiers
    Dorian Jones (Soyaux-Angoulême) contre Colomiers Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Soyaux-Angoulême termine fort contre Colomiers

Le match

Pour ce match annoncé comme un choc de cette 4ème journée, le moins que l’on puisse dire c’est que l’entame de match fut assez brouillonne et calme avec des fautes et des imprécisions des deux côtés. 

Il fallait même attendre la 30 ème minute de jeu pour voir la première attaque columéraine, initiée par un jeu au pied par dessus astucieux de Soulan, récupéré par Pimienta. Au bout de l’action, Colomiers récupérait même une nouvelle pénalité et grâce au pied de son arrière revenait au score 6 à 6. Avant que Jones puis Girard portent le score à 9 à 9 à la mi-temps. Rien de plus à voir du côté du stade Michel-Bendichou dans ce premier acte clairement pauvre.

A la 50ème minute, en supériorité numérique après un carton jaune côté Angoulême, les Columérins venaient enfin conclure une action par leur centre Fabien Perrin, au terme d’une longue séquence ou deux joueurs bleus et blancs avaient au préalable vendangé des essais tout faits. Avec la transformation, les banlieusards prenaient 10 points d’avance 19 à 9. 

Dans la foulée, le remuant Vici gratifiait le public d’une action symbole du match des Columérins. Au relais d’une relance des siens après mêlée, le Fidjien accélérait sur 30 mètres et se débarrassait des défenseurs avec aisance, mais oubliait ses partenaires en surnombre sur l’extérieur, annihilant une nouvelle action d’essai. Toutes ces scories qui laissaient les Charentais, bien que très peu inspirés, dans le match à l’approche de l’heure de jeu. 

Dans une rencontre qui devenait de plus en plus tendue sans pour autant s’emballer, Soulan subissait une charge à vide sous les yeux de l’arbitre et, Girard, très précis au pied dans l’ensemble, venait porter le score à 22 à 9 pour les locaux (58ème). On pensait alors les locaux à l’abris d’un retour des visiteurs mais à 15 minutes de la fin, Jones profitait d’un manque de couverture pour récupérer un jeu au pied et aller marquer presque sous les poteaux (22 à 16). En infériorité numérique après le carton jaune contre Vici pour jeu dangereux, Colomiers était donc sous le coup d’un essai adverse et se faisait très peur en étant acculé dans son camp. D’autant qu’enfin, Soyaux se montrait dangereux… La sanction se faisait rapide quand Jones mettait Ugalde dans l’intervalle pour le deuxième essai angoumoisin de la soirée. Il ne restait que 10 minutes à jouer et les visiteurs prenaient l’avantage d’un petit point 22 à 23.

Le fait du match : Le carton jaune de Vici

Bien que l’ailier fidjien columérin se soit montré très volontaire tout au long de la partie, son indiscipline a couté cher aux locaux. Sanctionné plusieurs fois, l’ancien joueur de Houston ne parvenait pas à trouver la faille dans la défense adverse, et cela sembla l’agacer. A l’approche de l’heure, alors qu’il venait de s’accrocher avec le troisième ligne Laulhé, le Fidjien débordait le long de la ligne, tapait à suivre et, devancé par ce même Lauhlé au moment de récupérer le ballon, plongeait sur lui en lui assénant (volontairement ou non) un coup à la tête. L’arbitre, bien placé, n’hésitait pas et Vici était exclu pour 10 minutes. Dix longues minutes pour ses partenaires qui à un de moins, encaisseront un essai de Jones puis un autre d’Ugalde juste après son retour en jeu, alors qu’Angoulême occupait déjà le camp des bleus et blancs. Ils ne s’en remettrons pas (22 à 26). Cruel.

Le joueur : Dorian Jones

Bien que dans ce match de faible intensité, aucun joueur n’ait réellement survolé les débats, une mention spéciale est à décerner à l’ouvreur charentais Dorian Jones. Auteur de 21 des 26 points de son équipe dont un essai, l’Anglais a porté son équipe grâce à son long jeu au pied et ses qualités offensives. Sur la sirène, il se permettait même d’inscrire une pénalité à plus de 40 mètres sur la droite. La classe.

Les meilleurs 

A Colomiers : Vici, Girard, Beco

A Soyaux : Jones, Coletta, Ugalde

Théo Fondacci
Sur le même sujet
Réagir