À Rouen, Michallet répond présent

  • Jordan Michallet à l'époque où il jouait à Bourgoin-Jallieu
    Jordan Michallet à l'époque où il jouait à Bourgoin-Jallieu Alexandre Dimou / Icon Sport / Alexandre Dimou / Icon Sport / Alexandre Dimou / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

L'ouvreur normand Jordan Michallet a sorti une grosse prestation personnelle pour permettre à son équipe de remporter son premier succès en Pro D2.

Quelques mois après cette finale de Fédérale 1 et ce titre qu’ils leur avaient arraché d’un essai inscrit à la dernière seconde, le Rouen Normandie Rugby a récidivé en quelque sorte dans ce duel de promus, en écartant les joueurs de Valence-Romans de la route du succès qu’ils s’étaient bâtie 60 minutes durant. L’occasion leur a glissé des mains par le fait de la réussite insolente de l’ouvreur Jordan Michallet face aux perches. Rouen lui doit cette première victoire historique en Pro D2, qu’il a bouclée d’un sept sur sept dans ses tentatives de transformations des pénalités. Le natif de Voiron, dont la carrière professionnelle l’avait déjà conduit de Grenoble à Strasbourg en passant par Bourgoin, avant qu’il ne rejoigne Rouen, a sans doute acquis une nouvelle dimension dans son équipe, à l’issue de ce succès ponctuant une semaine de travail très singulière.

La preuve de sa défense

Jordan Michallet, depuis qu’il est arrivé à Rouen la saison dernière, n’est pas le taulier au poste d’ouvreur, un rôle dévolu à l’expérimenté Matty James. Richard Hill avait bien bouleversé sa hiérarchie lors de la demi-finale retour contre Albi, en lui confiant les rênes de l’équipe alors que la montée en Pro D2 semblait difficile, à l’issue d’un premier match défavorable. Mais une fois la situation de crise passée, au commencement du championnat, c’est encore Matty James qui avait été choisi pour débuter la saison. Richard Hill disait alors avoir opté pour le choix du meilleur défenseur des deux. La pique n’était pas mince pour Michallet. Il avait de nouveau subi une blessure à l’orgueil la semaine dernière avant le voyage à Angoulême, alors que pour la première fois, il avait été choisi pour débuter. "Jordan défendra à l’aile, parce qu’on ne mettra pas notre général au cœur de la bataille", avait expliqué le manager anglais à son effectif. Depuis, ses coéquipiers l’appellent "Général". Ce qui l’a conduit à apporter une réponse. La semaine précédant ce match à huit points contre Valence-Romans, il s’est distingué par un investissement défensif volontaire. D’abord lui tout seul avec David Ellis, l’ancien spécialiste de la défense de Bernard Laporte en équipe de France, qui vient ponctuellement distiller ses conseils techniques. Opéré de son épaule gauche avant son arrivée au club, il semble avoir gagné ici une confiance retrouvée dans son articulation. Et lui tout seul avec les avants, lors de leur séance de défense spécifique, qu’il a rejointe de son propre pour essuyer quelques charges. Ils l’ont tous entouré en lui témoignant leur respect à l’issue de ce moment intense. "Jordan est très calme, et il sait relever la tête dans les moments difficiles. C’est très bon pour nous", l’a salué Richard Hill. Ce qui accessoirement, pourrait alimenter les discussions autour de sa prolongation de contrat, dont le terme initial touche à la fin de la saison.

Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir