• Wesley Fofana (France) contre l'Italie
    Wesley Fofana (France) contre l'Italie Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Fofana : encore incertain

Blessé à une cuisse, le Clermontois s’est entraîné à part la semaine dernière. Sa présence est tout de même probable.

Les fragilités musculaires de Wesley Fofana commencent à être un sacré casse-tête, pour le sélectionneur Jacques Brunel. Le postulat de base, pourtant, est on ne peut plus simple : si le centre clermontois est apte, il joue. Titulaire. Capitaine de la défense et vice-capitaine de l’équipe. Ça pose un statut. Le problème c’est que Fofana est souvent indisponible, notamment en raison de problèmes aux adducteurs et ischio-jambiers.

Si on sentait surtout du regret dans les propos de Brunel à Murrayfield, après la défaite en préparation face à l’Écosse pour laquelle Fofana avait déclaré forfait en dernière minute, c’est une pointe d’agacement qui a affleuré samedi, en conférence de presse à Fujiyoshida. « On va attendre le début semaine prochaine pour savoir. Wesley est en phase de réathlétisation totale. Il a encore travaillé ce samedi matin, demain aussi. On verra lundi s’il peut participer à cette rencontre. Il a besoin de se sentir en sécurité donc c’est plutôt son ressenti qui va compter. » Cette notion de « sécurité » on en parle aussi dans les couloirs de Clermont : « Wesley à des problèmes musculaires récurrents mais, aussi, il ne joue que s’il est à 100 %. S’il est à 99 %, il déclare forfait. » Une situation qui le prive de beaucoup d’échéances, dans un sport aussi traumatique que le rugby où l’état de forme « 100 % » est rare. Si certains le taxent de s’économiser, le joueur oppose une défense très audible et finalement légitime : personne n’est indispensable, l’intérêt de l’équipe est supérieur aux intérêts individuels et, si Fofana n’est pas à 100 %, il préfère laisser sa place à un autre joueur en pleine possession de ses moyens.

Qu’en sera-t-il samedi ? Selon nos informations, Fofana ne souffre que d’une simple béquille. Il a suivi tout le week-end un programme d’entraînement adapté. On l’a par exemple vu samedi enchaîner les longueurs à la course, parfois accompagné de Fabien Galthié, pendant que ses coéquipiers profitaient d’un temps de rencontre avec le public japonais. Une blessure qui, a priori, ne devrait pas l’empêcher de participer à cette première face à l’Argentine. À moins que, d’ici là, il y ait une rechute… 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir