• Pita Ahki (Toulouse) contre Clermont
    Pita Ahki (Toulouse) contre Clermont Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Toulouse : l’esprit ailleurs

Jusque-là irréprochables sur ce plan, les stadistes ont failli dans l’engagement. si les conséquences sont relatives, il faut vite y remédier.

La moitié de la deuxième période n’était pas encore passée qu’Ugo Mola pestait en bord de terrain : "Le but est de faire bonne figure et éviter de prendre une valise." Le manager des Rouge et Noir avait la mine des mauvais jours, manifestement mécontent du comportement des siens pourtant devant au tableau d’affichage jusqu’à la 27e. Le problème ? C’est que ses troupes ont connu un trou d’air meurtrier qui lui a coûté 21 points en autant de minutes. Rédhibitoire à ce niveau-là, surtout après l’expulsion de Werner Kok à la 55e. "Le match avait déjà changé de physionomie avant le carton rouge avec une fin de première mi-temps plus que maladroite sur le plan de la maîtrise, notamment en conquête, puis un retour totalement absent après la pause, soufflait Mola après la rencontre. On partait de trop loin." Et ce Stade toulousain est reparti de Marcel-Deflandre avec une troisième défaite en quatre journées, toutes à l’extérieur. Encore une fois, chacun savait depuis longtemps que l’entame de la saison, entre une préparation raccourcie, le départ de onze joueurs pour la Coupe du monde et un calendrier défavorable, serait forcément délicate. Elle l’est. Mais, bien au-delà du score final, les coéquipiers de Jerome Kaino ont aussi montré samedi de réelles insuffisances sur les bases par instants, à commencer par les rucks ou l’engagement en général. Ce qui pose question car, jusque-là et malgré les revers à Bordeaux et Lyon, ils avaient irréprochables dans l’attitude. " Sur le plan comptable, ce n’est pas dramatique, justifiait Mola. Mais, sur celui de l’état d’esprit du jour, il y avait la place pour faire mieux."

Mola : "pas dans l’inquiétude mais dans le constat"

Les Stadistes ont répété à quel point ils ne s’attachaient pas en priorité aux résultats mais au contenu. Il n’y eut ni l’un ni l’autre. Sauf dans l’ultime ligne droite, à l’heure de livrer une réaction d’orgueil, grâce à l’entrée du banc de touche, et priver les Maritimes du bonus offensif. "On s’est accrochés, on a montré le visage d’une équipe qui ne se résignait pas et c’est la moindre des choses quand on porte ce maillot", note Mola. Mais elle se doit d’être plus dangereuse. "Il nous manque cette énergie et cet enthousiasme offensif qui fait notre marque de fabrique." Comment le retrouver quand il vous manque les Kolbe, Dupont, Médard, Guitoune, Ramos, Huget ou Ntamack ? Le souci est le même chaque week-end et les Toulousains ont pris le parti de ne pas se plaindre. Cela ne changerait pas grand-chose… "Il faut juste avoir la froideur nécessaire pour analyser, reprend Mola. On connaissait les règles avant mais pas le nombre de joueurs qui allaient nous manquer. Malgré tout, il y avait suffisamment de qualité sur le terrain pour inquiéter durablement La Rochelle." Le champion de France en titre ne compte que cinq points au classement mais a l’obligation, pour ne pas disperser, de se concentrer sur sa feuille de route. S’il s’agit de faire le dos rond avant le retour des cadors, il convient de maintenir un sans-faute à domicile et de réaliser des coups à l’extérieur quand l’adversaire sera moins redoutable. Sans quoi le doute s’emparera d’Ernest-Wallon. "Nous ne sommes pas dans l’inquiétude mais dans le constat lucide, rétorque Mola. On va préparer le prochain match." Ce sera à la maison face à Pau avant de se déplacer à Brive. Les deux mêmes rendez-vous qui ont vu le concurrent clermontois chuter. Il serait donc judicieux de faire le plein, à la seule condition de se montrer bien plus consistants que le week-end passé.

Voir les commentaires
Réagir