Ntamack : Naturel au galop

  • Romain Ntamack (France)
    Romain Ntamack (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Si sa désinvolture le rend parfois déroutant, le Toulousain possède la faculté unique à prendre du recul sur les événements. Ce qui lui est utile, tant il se retrouve exposé depuis le début de sa carrière. Ce sera encore le cas ce samedI.

Son nom, les amateurs de rugby le connaissent depuis trois décennies. Son prénom, ils en ont entendu parler depuis plusieurs années. Romain Ntamack, fils d’Émile, ses 46 sélections, 26 essais internationaux, six titres de champion de France et trois de champion d’Europe. Surtout Romain Ntamack, annoncé future pépite du rugby français depuis sa puberté. Jamais un adolescent n’avait été aussi attendu que lui mais, à l’écouter, cela ne lui a pas mis une quelconque pression sur les épaules tel qu’il le confiait il y a quelques temps : "Si on a parlé de moi très tôt, c’est parce que le XV de France a traversé une période délicate. On cherchait des jeunes un peu partout, surtout que le poste de numéro 10 a toujours été particulièrement observé dans notre pays. ça ne m’a jamais perturbé. Pour preuve, j’ai même commencé trois-quarts centre en club et en équipe de France." C’était le 1er février dernier, contre le pays de Galles. Moins de huit de mois après avoir été sacré champion du monde des moins de 20 ans avec le numéro 12 dans le dos. Ugo Mola l’a aussi installé dans cette position en début de saison passée à Toulouse, pour élargir sa palette et favoriser sa progression. Mais c’est à l’ouverture qu’il a fini le Tournoi des 6 Nations, comme premier choix du staff. C’est encore à l’ouverture, comme titulaire, que le Stadiste va débuter sa première Coupe du monde (chez les grands) samedi face à l’Argentine. Tout sauf une évidence en se fiant aux derniers mois.

Mola : "Ne vous inquiétez pas pour lui"

Malgré un premier Brennus décroché en juin, Ntamack a vécu une deuxième partie d’exercice frustrante à Ernest-Wallon. Revenu marqué d’un Tournoi éprouvant collectivement et même individuellement tant l’intéressé fut exposé, qu’il a fallu digérer à son âge, il est apparu moins fringant. Jusqu’à perdre sa place dans le XV de départ au profit de Pita Ahki et se contenter de douze petites minutes en phases finales de Top 14 (sept en demie puis cinq au Stade de France). Un coup d’arrêt ? Cela aurait été injuste de le considérer ainsi, tellement le garçon connaît une éclosion en mode accéléré. "Ne vous inquiétez pas pour lui, Romain est jeune et il gagnera d’autres titres en démarrant le match sur le terrain", rassurait Mola dans l’enceinte dyonisienne. Une prophétie ? Pas jusque-là, mais il n’a donc pas fallu attendre longtemps pour le voir présent au coup d’envoi d’un rendez-vous majuscule. Pourtant, même chez les Bleus, parier sur cette option semblait osé au départ de la préparation. Camille Lopez était à la baguette face à l’écosse, à Nice puis à Édimbourg et tout était organisé pour qu’il soit le chef d’orchestre face aux Pumas… Le problème ? C’est que le Clermontois n’a pas vraiment été en réussite, notamment dans les tirs au but, quand le Toulousain - malgré une entrée décevante à Murrayfield - s’est montré à son avantage contre l’Italie. à tel point qu’il a regagné un indéniable crédit. Et il se murmure que la nouvelle prestation en demi-teinte de Lopez face aux Yamaha Jubilo aurait fini de convaincre l’encadrement d’accorder sa confiance à Ntamack.

Ntamack : "Je suis un garçon calme et posé"

Voilà comment le jeune homme pressé - celui qui avait été retenu sur la liste élite du XV de France par Guy Novès alors qu’il ne comptait la moindre apparition chez les professionnels - se retrouve encore propulsé sur le devant sur la scène. De quoi le fragiliser ? Pas forcément, car il possède une faculté unique à prendre du recul sur la situation. Une forme de désinvolture, qui peut parfois être ressentie de l’extérieur comme de la suffisance voire de l’arrogance, laquelle est à la fois sa force et sa faiblesse. Lui ne s’en soucie pas : "Je ne suis pas du genre à être bouffé par le stress. C’est juste mon naturel. Je suis un garçon calme et posé. Si ça ne se passe bien pas sur le terrain, je fais en sorte de vite basculer sur autre chose. Pour l’instant, ça me réussit plutôt bien." L’assurance d’un gamin au destin doré. Cinquième plus jeune joueur du Mondial et Français le plus populaire parmi les recherches sur Internet, Ntamack donne l’impression d’avoir déjà traversé deux carrières à seulement 20 ans. Voilà pourquoi, avec un tel talent, il convient de toujours espérer le meilleur.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?