• Camille Lopez (France) après la victoire contre l'Argentine
    Camille Lopez (France) après la victoire contre l'Argentine Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

C'est extra !

C'est au terme d'un match haletant et par moments insupportable que les coéquipiers de Guilhem Guirado ont battu les Pumas à Tokyo, s'offrant par la même occasion une chance en or de se qualifier pour les quarts de finale. C'est si bon...

Ce France / Argentine ne ressemblait finalement à aucun autre. En tout cas, il n'avait rien à voir avec les rencontres insipides de l'automne ou du mois de juin, à une époque de l'année où l'une ou l'autre des deux équipes débarque toujours en guenilles. Autour du stade Ajinomoto, quelques 2000 Argentins braillaient donc leurs chants de guerre, contre lesquels des grappes de supporters Français balançaient quelques « Marseillaise ». Amusé, Juan Hernandez, consultant pour ESPN, nous prenait à partie : « Vous entendez ça ? Vous avez peur, hein ? » El Mago n'avait pas tout à fait tort, cet avant-match avait été en partie remporté par les supporters des Pumas, pas plus nombreux, non, mais plus bruyants, plus confiants ou alors plus ivres, faîtes votre choix. D'un côté, Pablo Matera avait vendu « le match de sa vie ». Au micro de TF1, Jacques Brunel avait quant à lui lâché, plus mesuré  : « La consigne, ce sera de gagner ». Il faut donc croire que le plus fort n'est pas toujours celui qui fait le plus de bruit...

A Tokyo, les Tricolores délivraient en effet leurs meilleures quarante premières minutes depuis des lustres. Peu avant la 20 ème, Virimi Vakatawa fixait superbement trois joueurs argentins dans les quarante mètres, retrouvait Gaël Fickou sur l'extérieur et ce dernier, fort comme dix sur les duels, marquait le premier essai français. Une poignée de temps plus tard, les coéquipiers de Guilhem Guirado relançaient un ballon de leur propre moitié de terrain, Damian Penaud perçait le rideau défensif et, au bout du bout, Antoine Dupont aplatissait le deuxième essai français. Tout n'était pas parfait, bien sur. Mais cette ligne de trois-quarts tricolore, portée par des individualités incroyables, comblaient alors les carences d'une organisation offensive encore balbutiante. La suite ? Elle fut néanmoins terrible, horrible. Mieux organisés dans le combat collectif, les Pumas marquaient coup sur coup deux essais sur maul pénétrant et deux pénalités bottées par Benjamin Urdapilleta, soit un 18-0 en vingt minutes . Pour notre bonheur à tous, un drop magnifique de Camille Lopez scellait néanmoins la victoire tricolore, offrant à ce XV de France donné mort par tous les bookmakers de la planète une chance en or de se qualifier en quarts de finale. Mais c'est extra, nom de Dieu !

Victoire 23-21 de la France !!!#FRAvARG #RWC2019 #RWCTokyo pic.twitter.com/7iulkEmx9c

— Midi Olympique (@midi_olympique) September 21, 2019
Voir les commentaires
Réagir