• Les Écossais déçus après leur défaite contre l'Irlande
    Les Écossais déçus après leur défaite contre l'Irlande Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

L’ombre des Brave Blossoms plane sur la tête des Écossais

Dépassé dans tous les secteurs de jeu, le XV du Chardon paraît bien faible. L’ombre du Japon, qu’ils rencontreront lors de la dernière journée, plane déjà sur eux.

Avant ce match, Finn Russell nous avait fait une promesse. Vous en souvenez-vous ? " Vous allez voir la vraie écosse. On se trouve maintenant sur la plus grande scène au monde. Si nous ne sommes pas capables de vous montrer ce que l’on vaut vraiment, alors nous n’avons qu’à rentrer chez nous." Alors c’est donc ça, la vraie Écosse ? C’est donc un pack qui se fait enfoncer sur les mauls, des avants qui reculent aux impacts, un flanker que l’on remplace par un talonneur pour bricoler, une ligne d’attaque incapable de prendre la profondeur pour contourner une défense agressive et une équipe qui perd des ballons dans les rucks à trois mètres de la ligne d’en-but adverse ? S’agit-il bien de la même équipe qui avait poussé l’Angleterre d’Eddie Jones dans ses derniers retranchements lors de l’ultime journée du dernier Tournoi des 6 Nations (36-36) ? Franchement, on s’interroge… Au matin du match, nos confrères du Mail of Sunday avait dans sa Une, typée tabloïd, fait claquer ce titre en grand : "Visez Sexton" ! Deux mots assassins qui ne résumaient même pas un plan de jeu mais donnaient juste une mission, une cible, une victime annoncée.

In fine, il n’y eut aucune victime côté irlandais. Et rassurez-vous pour Jonny Sexton : ce dernier n’a même pas mal aux côtes. Pour la simple et bonne raison que la troisième ligne écossaise n’a jamais été en mesure de l’atteindre, trop occupée à soutenir son cinq de devant à l’agonie.

Vaincront-ils le Japon ?

Contrés devant et incapables d’accélérer le jeu avec un Greig Laidlaw qui a pris un sacré coup de vieux depuis l’éclosion d’Ali Price, les joueurs des Highlands ont paru totalement inoffensifs. Du moins jusqu’à l’entrée de Price qui a eu le mérite de dynamiser le jeu autour des rucks et au-delà. Après la rencontre, le sélectionneur Gregor Townsend semblait abasourdi par la piètre prestation des siens : "Que dire… C’est décevant. Nous n’avions pas d’énergie, ni de précision. Les Irlandais nous ont fait mal sur la ligne d’avantage. On se demande pourquoi nous n’avons pas commencé notre premier match de Coupe du monde de cette façon. Cela ne change rien, on doit toujours gagner les trois matchs suivants."

Même écho du côté du capitaine Stuart McInally : "Tout s’est joué sur les vingt premières minutes : on n’a pas su donner le ton en termes d’énergie et l’Irlande a saisi sa chance. À partir de là, c’est devenu très compliqué pour revenir." Et le talonneur de formuler une promesse, une autre : "Nous allons nous se relever et revenir bien plus forts la semaine prochaine." On l’espère pour eux. Car on voit vraiment mal comment cette équipe remportera sa "finale" pour la deuxième place qualificative face au Japon lors de la dernière journée…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir