• Samuel Marques (Pau) contre Agen
    Samuel Marques (Pau) contre Agen Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Marquès : « Je me vois terminer ma carrière à la Section »

Après deux saisons passées à Brive, « Sam » a fait le choix du cœur et a décidé de rejoindre le Béarn pour la troisième fois, avec de belles ambitions.

Il s’agit de votre troisième aventure à Pau, c’était une priorité pour vous de revenir ?

On m’a proposé de revenir et je n’ai pas hésité, j’ai signé directement. C’est un club et une région que j’aime. J’avais vraiment envie de revenir et de recommencer une nouvelle page avec la Section.

Qu’est-ce qui a été déterminant dans votre choix ?

Nous étions toujours en contact avec le manager de l’époque, Simon Mannix et il souhaitait que je revienne. J’avais aussi cette envie, donc je lui dois beaucoup, c’est en partie grâce à lui que je suis de retour. Ensuite, il a passé le flambeau à Frédéric Manca, et lui aussi voulait que je revienne. Il sentait que je pouvais amener une plus-value à l’équipe alors cela s’est fait assez naturellement au final.

On vous sent vraiment épanoui en ce début de saison, vous sentez que vous montez en puissance petit à petit 

Franchement je suis bien ici. On a un bon groupe, on travaille très bien toute la semaine et je me reconnais dans le système de jeu que l’on met en place. Je suis en confiance, il y a beaucoup de grands joueurs à Pau donc c’est vrai que je m’épanouis. J’aime le jeu de mouvement, il me correspond, c’est positif.

Vous êtes passé par de nombreux clubs dans votre carrière. Que retenez-vous de chacun d’entre eux ?

Ce que je retiens, c’est que partout où je suis passé, j’ai appris de nouvelles choses. J’ai joué dans des clubs qui comptent des joueurs de grande classe. J’ai vu ce qu’on m’a inculqué, et désormais j’essaie aussi de faire partager cela aux jeunes joueurs. Je ne regrette pas d’être parti. Cela m’a permis de découvrir autre chose, de nouvelles personnes, de nouveaux discours et je pense que pour l’évolution d’un joueur, c’est très important.

Dans ces clubs, vous avez connu quelques moments difficiles, essuyé de nombreuses critiques, vous pensez que votre passage en Pro D2 vous a relancé ?

Très honnêtement non. Des critiques, que je sois bon ou mauvais, il y aura toujours des gens qui m’en feront. Je m’en sers pour avancer et j’ai appris à ne plus les écouter. Cela me permet de rester positif.

Lors de la première journée, vous avez marqué contre Brive, votre ancien club. Que ressentez-vous à ce moment précis ?

Rien de particulier finalement. Je voulais faire un bon match et prouver justement à ces gens qui m’ont critiqué que je ne suis pas si mauvais. J’avais des potes en face, je respecte cette équipe mais c’était sympa de marquer cet essai.

Justement, deux essais en quatre matchs, vous avez un petit objectif personnel ?

Depuis mon arrivée à Brive j’ai pas mal marqué, j’aime ça. Donc si je peux le faire, je le fais mais l’équipe passe avant tout.

Concernant l’équipe, quel bilan tirez-vous de ce premier bloc ?

Deux sur deux à domicile c’est positif. Nous n’avions pas mis les bons ingrédients à Montpellier et sans pression, nous avons eu un succès de prestige à Clermont. C’est très positif mais ce n’est que le début de notre aventure.

Vous avez une sacrée concurrence à votre poste, comme se passe-t-elle ?

Vraiment très bien. Clovis pousse, il vient de signer avec les pros. Justement, c’est positif pour nous. J’essaie de transmettre ce qu’on m’a transmis à son âge.

Vous avez désormais 30 ans, vous voyez-vous terminé avec la Section ?

Complètement oui, bien sûr, je me vois terminer ma carrière à la Section. Je suis plus proche de la fin que du début, mais je me sens trop bien ici pour partir. Avec ma conjointe nous avons eu un petit garçon ici à Pau donc oui, je ne compte pas partir de la Section et cela serait une belle fin de terminer au Hameau. 

Mathieu Vich
Voir les commentaires
Réagir