Morisi en fer de lance

  • Luca Morisi (Italie)
    Luca Morisi (Italie) Ipp / Icon Sport / Ipp / Icon Sport / Ipp / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Pour contrer les ambitions africaines, la nazionale se devait de faire un match sérieux. Et elle a pu compter sur son centre Luca Morisi, auteur d’un match propre et encourageant.

Il ne fallait pas se manquer face au piège namibien. Au final, le travail est fait et plutôt bien fait. Très sereins, les Italiens ont dominé une équipe africaine accrocheuse. Parce que oui, ces derniers ont progressé. Notamment au niveau de l’attaque. Pour se défaire des coéquipiers du Bayonnais Van Lill, la Nazionale a pu compter sur un de ses hommes forts, à savoir Luca Morisi. Le centre, déjà très en vue lors du dernier Tournoi, avait du feu dans les jambes et de l’énergie à revendre. Il a en tout cas été le principal franchisseur de son équipe. Dès la 26e minute, à la suite d’une mêlée sur la ligne médiane, il mystifie son vis-à-vis sur de la vitesse pure et perce sur une trentaine de mètres avant de retrouver à hauteur son ouvreur Tommaso Allan pour le deuxième essai.

100 % au plaquage

Ce schéma de jeu s’est reproduit à maintes reprises. Jamais Darryl De la Harpe ni Justin Newman n’ont réussi à tenir la comparaison. Morisi s’est amusé grâce à ses appuis et à surtout réussi à faire jouer derrière lui. Il est l’un des joueurs à avoir parcouru le plus de mètres avec le ballon dans cette rencontre (55 mètres) derrière Padovani. Il fallait bien ça pour aller chercher le bonus offensif ce dimanche. Il n’y a pas qu’en attaque que le centre s’est signalé. Dans le secteur défensif aussi, le Trévisan a rendu une copie très propre, avec un sans-faute au plaquage, et s’est surtout montré précieux dans les rucks, récupérant de nombreux ballons et annihilant les offensives des Welwitschias.

Match après match, Luca Morisi s’affirme comme un titulaire à part entière. Sans Campagnaro, habituellement titulaire, les Transalpins ont pu compter sur une paire de centres (Morisi-Benvenuti) plutôt complémentaire.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir