• Scott Barrett a inscrit le deuxième essai des All Blacks, à la conclusion d’une superbe action d’Anton Lienert-Brown Photo Icon Sport
    Scott Barrett a inscrit le deuxième essai des All Blacks, à la conclusion d’une superbe action d’Anton Lienert-Brown Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Scott Barrett : Un géant s’éveille

Scott Barrett - Deuxième ligne de la Nouvelle-Zélande Impressionnant d’activité tout en restant lucide et efficace, il a été à l’image de son équipe : un modèle de puissance et de maîtrise.

Il y a un peu plus d’un mois, le 10 août précisément, Scott Barrett quittait le terrain la mine basse, comme un condamné. Ce jour-là, son équipe n’arrivait pas à prendre la mesure de son adversaire australien dans un match de Bledisloe Cup. à quelques minutes de la fin de la première mi-temps, les Wallabies menaient au score (13-12) et pilonnaient la défense black à quelques mètres de sa ligne d’en-but. C’est à ce moment que le cadet de Beauden eut la mauvaise idée de commettre une charge à l’épaule sur Hooper qui voulait relever un ballon derrière un ruck. Jérôme Garcès, l’arbitre de la rencontre, demanda aussitôt la vidéo et donna, après consultation, un carton rouge à l’imprudent colosse. Quarante minutes plus tard, les Blacks encaissaient une lourde défaite (47-26) qui ne faisait qu’accroître le sentiment de culpabilité de Scott Barrett qui, pour ne rien arranger, risquait de manquer la Coupe du monde en cas de lourde sanction. Un véritable calvaire que son frère, Beauden, a tenté de soulager en défendant son cadet : "Scott encaisse pas mal en ce moment. Je lui ai dit qu’il n’était pas un joueur sale et je pense qu’il en a conscience. Ce genre de choses arrivent et on doit l’épauler."

Heureusement pour lui, le deuxième ligne des Crusaders n’a été suspendu que trois semaines et s’est bien envolé pour le Japon. Cette semaine, il afficha même une étonnante sérénité quand on lui remémora ces tristes incidents : "Ça se joue à peu de choses. J’en ai tiré les leçons. Les règles ne sont pas là par hasard mais pour protéger les joueurs et assurer leur bien-être. J’ai travaillé dur pour corriger ces fautes. Lorsque tu es sous pression et fatigué à la fin d’une longue mi-temps, tu as tendance à retomber dans tes travers. Je ne dis pas que je n’ai pas fauté par le passé mais j’en ai pris conscience. Il faut éviter les plaquages trop hauts et j’y travaille."

Brodie Reta-qui ?

Malgré tout, on imagine que le géant de Christchurch a dû se frotter les yeux quand il a découvert l’identité de l’arbitre désigné pour diriger ce choc déjà décisif contre les Springboks… Sauf que cette fois, Scott Barrett n’a pas donné la moindre occasion à l’arbitre français de siffler contre lui. Et pourtant, il fut bien au cœur de la bataille. C’est lui qui, dans les premières minutes, asséna seul de redoutables plaquages pour calmer des ardeurs des Boks qui paraissait alors indomptables. C’est aussi lui qui, trois minutes plus tard, alla arracher au sol un ballon sur un temps fort sud-africain dans les 22 mètres kiwi. Et c’est encore lui que l’on trouva au soutien pour concrétiser par un essai une merveille de cadrage débordement du centre Anton Lienert-Brown qui mystifia quatre défenseurs.

Avec l’intenable Ardie Savea, il fut l’avant qui gagna le plus de terrain (33 mètres) dans une rencontre où le capitaine Kieran Read se montra étonnamment discret et termina la rencontre avec le titre de meilleur défenseur, ex-aequo avec Pieter-Steph Du Toit (13 interventions). Le tout en soixante-seize minutes. Une présence proprement hallucinante qui en ferait presque oublier que cette même équipe compte dans ses rangs un certain Brodie Retallick…

Voir les commentaires
Réagir