• L’arrière argentin Emiliano Boffelli a dominé tous les Français dans les airs et notamment Romain Ntamack sur cette action.
    L’arrière argentin Emiliano Boffelli a dominé tous les Français dans les airs et notamment Romain Ntamack sur cette action. Patrick Derewiany / Midi Olympique / Patrick Derewiany
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

XV de France : Des trous dans les airs

Dans l’incapacité de produire leur jeu habituel en raison de la défense très agressive des Français, les Argentins ont beaucoup joué au pied. Ce qui a bien failli leur sourire.

Si Jacques Brunel a souligné - à juste titre - le travail restant à effectuer sur la défense des ballons portés, il y a un autre secteur de jeu sur lequel le sélectionneur devrait se pencher. À bien y regarder, la bataille des airs a clairement été remportée par les Pumas. Un exemple ? Sur une dernière action, ce paramètre aurait même pu faire tourner la rencontre en faveur des joueurs de Mario Ledesma. Souvenez-vous. Il reste moins de quatre minutes à jouer. Sur un jeu au pied dans le deuxième rideau, autrement appelé "box kick", de Maxime Machenaud, Gaël Fickou se retrouve dans une lutte aérienne avec l’arrière des Pumas Emiliano Boffelli. Le trois-quarts centre français prend alors en l’air le joueur des Jaguares et contraint l’arbitre australien Angus Gardner à siffler une nouvelle pénalité contre l’équipe de France. À cet instant de la rencontre, les Pumas accusent un retard de deux points. Un coup de pied réussi de ce même Boffelli et la France peut dire adieu aux quarts de finale du Mondial... "C’est vrai que j’ai failli passer une très mauvaise soirée, a admis Fickou à l’issue de la rencontre. Je freine mais à aucun moment je ne vois le ballon. Je me sens trop loin de l’action au début, j’accélère et en regardant le joueur, j’essaie d’anticiper où il allait retomber. J’ai anticipé un peu trop. Après il rate la pénalité, tant mieux pour moi. Ce soir ça m’a plutôt souri. Il ne faudra pas que je le reproduise."

Boffelli dominateur

Las, les ballons hauts ont posé problème à l’équipe de France. Le mal est non seulement collectif, mais aussi récurrent. Depuis quelques années, le XV de France traîne la réputation de ne pas répondre présent dans les duels aériens. Et nos adversaires s’en donnent à cœur joie. Samedi à Tokyo, Romain Ntamack a perdu un de ces duels, Maxime Médard également. La pénalité permettant à l’Argentine de prendre l’avantage au score à la 68e minute de jeu est intervenue aussi après que Damian Penaud n’ait pas réussi à prendre le dessus sur Boffelli dans un énième choc en l’air. Pour le coup, l’Argentin n’avait pas été plus prompt, mais ses partenaires avaient au moins récupéré le ballon, jusqu’à cette faute de Vahaamahina dans le ruck suivant. Le problème a été identifié. L’entraîneur des trois-quarts Jean-Baptiste Elissalde l’a confirmé samedi soir. "On redoutait le jeu au pied de Sanchez, que ce soit les passes par-dessus le rideau ou les chandelles. D’ailleurs, on a vu qu’on avait été assez moyens dans ce secteur-là. On a vraiment des choses à travailler..."

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir