• Southern Kings contre l'Ulster
    Southern Kings contre l'Ulster Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport / Sportsfile / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro 14

La piste aux espoirs

Malgré la ponction de la Coupe du monde au Japon, le championnat celtique reprend ses droits et démarre ce week-end.

La Ligue celte reprend ce soir. Le troisième championnat majeur européen a décalé son coup d’envoi à cause de la Coupe du monde. C’est le championnat qui fournit le plus de joueurs mondialistes (118). La formule reste inchangée : quatorze équipes réparties en deux conférences de sept ; vingt et une journées avant les demi-finales ; tout le monde se rencontre au moins une fois ; deux fois entre équipes d’une même poule ; et même trois fois pour le derby le plus proche. Vont s’escrimer les pensionnaires de la Coupe d’Europe (quatre équipes irlandaises, quatre galloises, deux écossaises et deux italiennes) plus deux franchises sud-africaines, les Cheetahs (Bloemfontein) et les Kings (Port Elizabeth), invitées depuis l’été 2017.

La chasse au Leinster est déclarée

On rappelle que c’est le Leinster qui est le tenant du titre après sa victoire sur Glasgow (18-15). Évidemment, la franchise de Dublin, la plus titrée de la compétition (6), sera lourdement handicapée pour le début de cette campagne. Elle fournit quatorze joueurs à l’équipe d’Irlande. Mais elle ne sera pas la seule, ce qui relativise sa faiblesse temporaire. Et elle peut compter sur son géant, Devin Toner, seul "recalé" ou "rescapé" de la razzia mondialiste (avec le pilier McGrath qui a migré vers l’Ulster). Le finaliste, Glasgow, donne lui quinze joueurs à l’écosse, au Tonga et aux Fidji. Édimbourg sera aussi amputé de treize éléments tout comme les Scarlets. Côté italien, Trévise a envoyé… seize internationaux au Japon. Il faut survivre à ça. On peut estimer que les meilleurs aligneront des équipes très amoindries pendant les quatre ou cinq premières journées. On comprend dès lors que la part belle sera faite aux espoirs et aux seconds couteaux. C’est le charme d’une compétition qui ne connaît pas de descente. On peut s’attendre à des bouleversements de hiérarchie. En 2016, le Connacht de Pat Lam avait gagné pour la seule fois de son histoire. Peut-être que les Sud-Africains, notamment les Cheetahs, renforcés par Ruan Pienaar, réussiront une petite percée.

Programme Vendredi Cheetahs - Glasgow (19 h 05) ; Ulster - Ospreys (20 h 35).

Samedi Kings - Cardiff, Ulster - Dragons (16 heures) ; Scarlets - Connacht, Trévise - Leinster (18 h 15) ; Edimbourg - Zebre (20 h 35).

Voir les commentaires
Réagir