• Jonathan Wisniewski of Lyon during the Top 14 match between Lyon OU and Toulouse at MATMUT Stadium on September 1, 2019 in Lyon, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport)
    Jonathan Wisniewski of Lyon during the Top 14 match between Lyon OU and Toulouse at MATMUT Stadium on September 1, 2019 in Lyon, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Ajustements et découverte

Arrivé à 21 ans au Racing, Jonathan Wisniewski va découvrir l’Arena avec le Lou en habits de leader. Impatient de jouer dans cette arène dont il a tant entendu parler, il espère aussi que le Lou confirmera les bonnes dispositions de son début de saison.

Demain, Jonathan Wisniewski devrait découvrir la Paris-La Défense-Arena. C’est peut-être un détail pour vous, pour nous, pour lui, ça compte beaucoup. Lors de la saison 2017-2018, il n’était pas du déplacement avec Toulon, où il passait son temps à couper les citrons. La saison dernière, blessé, il avait regardé le Lou, emmené par Lionel Beauxis, surprendre les Racingmen avant le début de la Coupe d’Europe.

Il est forcément impatient de la découvrir, lui qui en entend parler depuis si longtemps, depuis son arrivée au Racing en 2007. Il était alors un jeune joueur de 21 ans, et le Racing, une vieille institution coincée en Pro D2, avec des rêves de grandeurs. "C’est le club qui a le plus marqué ma carrière, reconnaît l’ouvreur. J’ai vécu la montée de Pro D2, mes premières phases finales, ma convocation en France A, le décès de mon frère, beaucoup de choses… J’étais un jeune joueur à mon arrivée et je suis devenu un homme là-bas. J’ai beaucoup de respect pour ce club, cette institution, et les personnes qui ont marqué mon passage : le président, Jacky Lorenzetti, Eric Blanc, Pierre Berbizier ou encore Gonzalo Quesada."

Évidemment, le buteur ne fera pas de cadeaux à son ancien club, passé dans une autre dimension depuis son départ à Grenoble en 2014. Sa précision devant les perches devrait être un facteur déterminant dans le résultat. Il n’aura d’ailleurs échappé à personne que le joueur a procédé à des ajustements depuis le début de saison. Le temps d’arrêt marqué après son premier pas d’élan, qui donnait toujours beaucoup d’espoir aux contreurs - sprinteurs, et qui l’avait vu être embouti par un Montpelliérain en phases finales, après une tentative de transformation -, a été réduit. Son pas d’élan est plus harmonieux. "J’ai essayé de retrouver un peu de rythme, explique le joueur. Cela s’est bien passé l’an dernier, je ne me plains pas (sourire). Mais, sur les longues distances, j’avais un geste un peu saccadé. L’an dernier, je l’avais fait parce que j’avais des petits problèmes de motricité. J’ai essayé de stretcher un peu cet été. J’ai repris du rythme, de l’allant. Cela ne change pas vraiment grand-chose. Je change juste un peu de rythme et de vitesse, j’espère que cela n’affectera pas mon efficacité."

Un environnement à appréhender

Avec sa défense de fer (0 essai encaissé) et son attaque de feu (19 essais), le Lou n’a pas encore eu besoin de tester le mental de ses buteurs dans un match au couteau, où le résultat se joue dans les pattes des artilleurs.

Si c’est le cas demain, le joueur n’appréhende pas plus que cela de buter dans cette arène fermée, sorte de gymnase géant, où la perspective change. "Je pense que cela peut changer la manière de buter mais les buteurs ne s’en plaignent pas, sourit-il. Ils sont plutôt contents des sensations là-bas. Derrière les tribunes, l’écran est proche, cela écrase la perspective. On peut avoir l’impression d’être très proche des perches."

L’absence de vent est également un facteur qu’il appréciera. Tout comme le Lou, qui a lui aussi procédé à des ajustements collectifs depuis le début de saison. "Nous essayons de revenir à des choses simples. Nous nous sommes dit que nous pouvions gagner à être plus synthétiques, plus directs, plus pragmatiques."

Il reste à savoir si les Lyonnais pourront demain continuer à être victorieux pour continuer à gonfler leur capital et confiance, au top depuis plusieurs semaines.

Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir