Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Au-delà de la ligne d’avantage

"Leur meilleure recrue, c’est le coach !" S’il avoue ne pas savoir grand-chose au sujet de ses futurs adversaires, Damien Michel, l’inamovible mentor des Antoniens en déplacement à Pontault-Combault, ne se montre pas moins élogieux dès qu’il évoque son homologue Benoît Larousse.

Hé oui, l’ancien coentraîneur de Massy (entre autres) a repris du service dans son club de cœur et de sang puisque le rugby, c’est bien connu, est une affaire de famille. Très porté sur les phases de conquête directe dans un périmètre francilien lato sensu converti de longue date à la religion du jeu rapide en mouvement, ce même Benoît Larousse est bien conscient du contexte dans lequel s’effectue ce nouveau départ : "Pontault-Combault a bénéficié des problèmes qu’ont connus Strasbourg et Épernay. Il s’agit donc d’un maintien administratif, ce qui ne signifie pas que nous n’attendons pas que des progrès soient accomplis, bien au contraire."

"Départ pour l’inconnu"

C’est ainsi que ses protégés ont lancé leur saison, il y a quinze jours, en s’adjugeant le premier acte du derby au sommet de la Seine-et-Marne. Dimanche dernier en revanche et quand bien même il n’est pas question d’évoquer un retour sur terre, les Pontello-Combalusiens n’ont pu que retarder l’échéance, Orsay, avec seulement trois petits points encaissés, s’est imposé sans coup férir : "Le score ne reflète cependant pas forcément la physionomie de la rencontre, nous avons été vaillants mais assez rigoureux et, de ce fait, nos adversaires se sont nourris de nos erreurs. Il n’y a pas plus lieu de s’enflammer après un succès que de se dire qu’il y a péril en la demeure après un échec." Et puis, qu’importe, l’assimilation du projet de jeu est en bonne voie et l’objectif consistant à faire mieux que l’an passé est du domaine du réalisable.

C’est aussi le cas du côté d’Antony, même si Damien Michel avoue que la mise en route est du genre délicate. Un peu à la façon du fameux "départ dans l’inconnu" : "La reprise a été tardive, il y a déjà des blessés, sans parler du calendrier de ce premier bloc." Effectivement, dimanche dernier, la défaite est à classer parmi celles concédées à un concurrent direct, Ris-Orangis en l’occurrence. Pas de quoi changer de ligne directrice à en juger par la confiance de l’associé de "Mika" Tuugahala : "Se faire plaisir, sans pression ni plan sur la comète, à travers un projet de jeu attractif." On signalera les "pépins" physiques qui ont nui à la bonne forme de Maxime Herubel. Dans le camp local, Gouache est en délicatesse avec sa cheville.

Philippe Alary
Voir les commentaires
Réagir