Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Débloquer le compteur à tout prix

Si le choc entre Toulouse Toac-Toec peut attiser la curiosité, il est une autre rencontre d’une capitale tout autre. Une confrontation déjà décisive pour deux clubs qui ne sont pas, pour l’instant, concurrents directs, mais qui ont absolument besoin de la victoire. D’un côté, l’équipe qui reçoit, Saint-Sulpice-sur-Tarn, n’a toujours pas décroché le moindre point. Il n’y a, certes, pas d’urgence. Les deux revers sont bien concevables. "On a pris deux très grosses équipes avec qui on n’a pas pu rivaliser, analyse le président de Saint-Sulpice-sur-Tarn, Thierry Tonon. Valence-d’Agen et son budget de l’ordre d’un million d’euros sont sur une autre planète que nous et nos 250 000 €. Layrac aussi a beaucoup recruté à l’intersaison."

Il est aussi question d’adaptation pour le club du Tarn, qui monte de l’étage inférieur. "Aujourd’hui, il existe un vrai palier entre la Fédérale 3 et la Fédérale 2, poursuit Thierry Tonon. Nous ne pouvons pas nous permettre de commettre autant de fautes, qui sont impardonnables à ce niveau alors que la saison dernière elles ne nous coûtaient pas aussi cher."

Pour lancer sa saison le RCS XV devra donc faire preuve de davantage de maîtrise, ce qui lui a cruellement manqué face à Layrac. Mais pas seulement. "Au-delà des fautes individuelles à rectifier et des essais trop faciles que nous donnons, précise l’entraîneur Éric Roca, nous devons mettre beaucoup plus d’engagement dans ce que l’on fait. Il faut se remobiliser et retrouver nos forces, soit notre jeu offensif et défensif qui nous a tant réussis l’an dernier." Ce qui permettrait de limiter la casse pour ce premier bloc de trois matchs.

Ne pas rater le coche

Chez l’équipe visiteuse, la dynamique est différente. Toujours invaincus, les Rieumois feront l’heure de route qui les sépare de Saint-Sulpice-sur-Tarn sans la moindre pression. Ou plutôt, avec de l’ambition. Car l’objectif à court terme est de rester dans le wagon de tête voire de s’y insérer davantage, grâce à la confrontation entre les deux premiers Valence-d’Agen et le FCTT. "Évidemment, on se déplace pour faire un résultat", s’exclame le président Raoul Larré. L’entraîneur Éric Mercadié a trouvé une clé pour espérer un résultat : "Si notre conquête est bonne on peut faire la différence. Avec une poule aussi difficile, il est important d’assurer tous ses matchs à domicile à tout prix. Mais surtout il faut savoir à l’extérieur quand l’occasion se présente."

Rieumes, club formateur depuis 115 ans, a connu plusieurs départs cet été et connaît encore une phase de reconstruction lui aussi. "Après avoir perdu un pack entier la saison dernière, nous devons recréer une dynamique avec beaucoup de jeunes, explique le technicien. Le groupe n’est pas encore au top mais on sent qu’il va progresser assez vite. Humainement, la mayonnaise a bien pris, et rugbystiquement, c’est en cours."

Voir les commentaires
Réagir