• Willie Du Plessis (Bayonne) contre Pau
    Willie Du Plessis (Bayonne) contre Pau Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Entretiens

Du Plessis : « J’aimerais jouer quatre ou cinq ans au BO »

Comment avez-vous vécu votre départ de l’Aviron, après avoir très peu joué ?

Je n’ai plus joué à partir de janvier avec l’Aviron. Les premiers deux ou trois mois ont été difficiles, mais c’est la vie. Quand je me suis retrouvé sans club, les deux ou trois premières semaines n’ont pas été faciles. J’étais chez moi tout le temps. Ça a été un changement pour ma famille et moi. J’ai 29 ans, je ne voulais pas arrêter le rugby ! Après, j’ai pu passer du temps avec ma femme et ma petite fille.

Comment s’est déroulée votre arrivée à Biarritz ?

Biarritz a été le premier club à me faire une proposition. Ça me permettait de rester au Pays basque, c’était un point positif aussi. Les premières semaines étaient spéciales, ça a été un changement puisque je venais de Bayonne. Mais je suis tombé dans une très bonne équipe avec un bon environnement. Les mecs ici sont très gentils et je suis vraiment content d’être ici. Maintenant, je veux juste jouer au rugby et faire de mon mieux pour le club.

Connaissiez-vous des joueurs ?

Oui, un ou deux joueurs d’Afrique du Sud ainsi que quelques étrangers. Quand je jouais à l’Aviron, après des matchs contre le BO, on se faisait un petit truc ensemble après le match. Je connaissais déjà Elvis Lévi, Guy Millar, Edwin Hewitt, Adam Knight…

Êtes-vous satisfait de votre début de saison ?

Oui et non. J’ai fait des bonnes choses sur les deux premières rencontres, mais il y a aussi eu des erreurs… Je veux être plus précis avec mon jeu. Mais vous savez, avant ces deux rencontres, mon dernier match remontait à janvier. Avec trois ou quatre rencontres de plus, je pense que ça ira mieux.

Vous n’avez que 29 ans. Comment voyez-vous la suite de votre carrière ?

C’est difficile à dire parce que je n’ai signé qu’une saison, mais si je peux choisir toutes les choses, j’aimerais jouer quatre ou cinq ans de plus à Biarritz. Je souhaiterais rester ici pour le projet qu’il y a et pour progresser chaque année. Mais je vais attendre et on verra !

Pablo Ordas
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir