Publié le / Modifié le
Fédérale 2

En forme de test

Repoussée en Fédérale 3 au printemps 2018, l’Union sportive Annecy Rugby s’était donné du temps pour y revenir en s’appuyant sur un nouveau projet construit autour d’un groupe rajeuni. Mais à force d’enthousiasme et de qualités, la jeune phalange annécienne n’aura en définitive mis qu’une saison pour remplir son contrat et atteindre l’objectif. Voilà donc le vénérable club annécien revenu, en toute légitimité, au niveau médian de la hiérarchie amateur, avec, dans un premier temps, un objectif raisonné défini par son entraîneur, Alexandre Cuzzit : "Nous avons reçu le renfort de trois ou quatre joueurs ayant l’expérience de la Fédérale 2, mais dans sa globalité nous avons conservé le groupe de la saison passée, avec beaucoup de jeunes joueurs. À partir de là, il est évident que le maintien constituera notre premier objectif… même si nous ne nous interdisons rien."

Dans une poule qu’ont intégrée quatre clubs promus, l’Usar est, avec Saint-Claude, celui qui a réussi le meilleur départ en parvenant à assurer un premier succès lors de ses débuts à domicile. Ce résultat obtenu face à La Bièvre (29-25) prend une dimension particulière à la faveur du résultat obtenu ce dimanche par la formation du Nord-Isère contre Saint-Claude (56-22), mais pour autant le camp annécien ne s’enflamme pas. "À Saint-Jean-en-Royans, face à une équipe expérimentée, nous avons pris la mesure de ce qui nous attend en Fédérale 2. Nous avons commis trop de fautes pour prétendre rivaliser. Il y a encore du travail pour parvenir à nous montrer plus précis, mais aussi à mettre du rythme et de l’intensité dans notre jeu", tempère Alexandre Cuzzit avant la réception d’Annonay. "Ce sera un premier tournant de la saison, assure l’entraîneur haut-savoyard. Si nous parvenons à assurer une deuxième victoire à domicile, nous pouvons déjà réaliser un premier break par rapport aux autres équipes qui comme nous sont appelées à jouer le maintien. Nous avons réussi notre examen d’entrée face à La Bièvre, mais là, face à Annonay, un gros test nous attend."

Une pression partagée

Cette vision du test sera sans doute partagée par les Ardéchois auteurs d’un faux départ en s’inclinant sur leurs terres devant Saint-Jean-en-Royans et qui, s’ils se sont repris en s’imposant face à Tournon-Tain, vont pour la première fois de la saison jouer loin de leur base. Ils ont des points à récupérer et ce premier déplacement chez un promu peut leur en offrir l’opportunité. À partir de ce constat, il apparaît évident que les enjeux et la pression seront partagés entre deux camps aux attentes différentes.

Du côté annécien, le rendez-vous est attendu comme une opportunité de confirmer le bon départ pris à domicile, mais aussi et surtout de se démarquer en se positionnant en milieu de tableau pour pouvoir continuer à travailler sereinement à l’évolution du projet de l’Usar.

Jean-Pierre Dunand
Voir les commentaires
Réagir