L’art du ciblage

Publié le / Mis à jour le

Les Girondins vont prendre la direction de l’Hérault avec un plan bien précis en tête. C’est la signature du nouveau staff.

Et si c’était le premier vrai test des Girondins à l’extérieur ? On mettra de côté le déplacement de Castres de la troisième journée qui était si particulier. Christophe Urios revenait sur ses terres ancestrales. Cette fois, l’UBB voyage chez une supposée grosse écurie avec une vraie pancarte de leader. Après la victoire face au Stade français, Christophe Urios avait cherché à "dégonfler" ce rendez-vous qui, assurait-il, ne lui provoquait pas de nuits blanches. En fait, le "guide suprême" de l’UBB raisonne surtout en "bloc", le concept à la mode : "Si je redoute ce deuxième bloc ? Non, pas du tout, j’ai même hâte d’y être. On a deux matchs à l’extérieur qui s’enchaînent. Mais on va voir un peu ce qu’on a dans le ventre. On n’aura pas de pression particulière, on sort d’un trois sur trois à domicile… La chose à savoir, c’est que nous allons rencontrer quatre équipes physiques : Lyon, Montpellier, Clermont et Brive. Nous allons nous préparer à ça. Mais je le répète. Pression ? Quelle pression ? La seule chose qui peut nous arriver, c’est de prendre des points."

Le jugement de Christophe Urios n’est pas à prendre à la légère. En le réécoutant, on pense à ce que nous a confiés Alexandre Roumat dans ces colonnes lundi dernier. Christophe Urios est un technicien qui sait cibler les profils de ses adversaires et qui ne s’enferme pas des schémas de jeu préétablis.

Rien au hasard

Le match MHR - UBB aura été disséqué par avance et à ceux qui en douteraient, le technicien néo-bordelais a opposé de solides arguments : "Montpellier va nous attendre au tournant. Vous voulez que je vous dise comment ils vont nous prendre ? Une grosse entame, une volonté de garder le ballon et la guerre dans les rucks. On s’en reparle après le match… Montpellier est une équipe qui a beaucoup changé par rapport à l’ère Jake White et son style minimaliste, très structuré, fait par les avants, et avec beaucoup d’occupation. Désormais, avec Xavier Garbajosa, ils sont plus versés sur la possession, l’initiative, le jeu en lecture avec la volonté de rester debout. Ils vont nous provoquer physiquement et s’ils se mettent dans l’avancée, ils seront irrésistibles."

La teneur des entraînements a été pensée pour ça. Quelques jeunes joueurs s’y sont un peu éparpillés, Christophe Urios les a recadrés : "Attention, ça ne veut pas dire que les sessions n’ont pas été de qualité, au contraire. Dès lundi, nous étions très bien, comme si nous n’avions jamais arrêté. Des fois, on en fait trop pour la reprise, ce n’était pas le cas. Nous avons tout bien géré. "

Christophe Urios n’aime rien laisser au hasard.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir