• Les joueurs de l'Italie
    Les joueurs de l'Italie Ipp / Icon Sport / Ipp / Icon Sport / Ipp / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

L’Italie en outsider

Faciles vainqueurs face au Canada 48 à 7, les Italiens ont montré de vraies qualités en ce début de Mondial. De quoi créer une surprise majeure dans cette poule B ?

Sergio Parisse pouvait bien avoir le sourire ce jeudi dans les tribunes du stade de Fukuoka, sa "Squaddra" était en train de martyriser une petite équipe canadienne, pauvre comme on avait rarement vu. Les Italiens ont glané au passage un deuxième bonus offensif en deux matchs après leur victoire face à la Namibie. Une performance inédite pour l’Italie. Au fond de lui, l’emblématique capitaine des Transalpins devait se dire qu’avec dix points empochés lors de ses deux premières sorties, l’Italie était bel et bien toujours en course pour éventuellement décrocher une qualification historique pour les quarts de finale d’un Mondial. Certes la tâche sera des plus ardues, dans une poule où l’on annonçait les hommes de Conor O’Shea sans espoirs à l’aube d’entamer la première Coupe du monde de l’histoire en terre nippone. Pour cela, les Italiens, vainqueurs 48 à 7 face aux Canucks, devront tout de même créer un exploit retentissant en s’imposant soit face aux Blacks, soit face aux Boks, tout en espérant une différence favorable. Impossible vous dîtes ?

Rappelez-vous qu’en novembre 2016, l’Italie avait fait tomber ces derniers à Florence, 20 à 18…

Une troisième ligne d’enfer

Attention quand même pour le numéro 8 aux 141 sélections, s’il veut fêter ses deux (ou plus) dernières comme il se doit, celui-ci devra faire face à une sacrée comcurrence. Sa place devrait être acquise grâce à son statut et son expérience mais force est de constater que le trio Negri-Steyn-Polledri n’a rien a lui envier. Surpuissants, les trois troisièmes ligne ont tout simplement été exceptionnels face au Canada, renversants tout homme en rouge qui tentait de se mettre en travers de leur chemin sur la pelouse d’Hakatanomori. Au passage, les deux premiers cités ont inscrit chacun un essai quand Polledri a franchi a mainte reprises le premier rideau, rebondit sur tous les défenseurs et été élu homme du match.

Des hommes forts dont l’Italie aura bien besoin pour créer le plus gros exploit de son histoire en Coupe du monde.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir