• Face à la pénurie au poste de talonneur, c’est le jeune Lucas Da Silva qui sera titularisé.
    Face à la pénurie au poste de talonneur, c’est le jeune Lucas Da Silva qui sera titularisé. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Paris doit réveiller la foudre

Les Parisiens traversent une crise de confiance avérée. La grande gifle reçue à Bordeaux a confirmé les difficultés de cette équipe. Elle doit se reprendre pour ne pas trop perdre de terrain avant le retour des mondialistes.

Un succès à domicile remporté lors du seul match disputé à Jean-Bouin et un bonus défensif pris à La Rochelle sur l’ensemble des trois journées disputées à l’extérieur font-ils un si mauvais départ ? Sur le plan comptable, absolument pas. Le Sade français n’est pas du tout largué après quatre manches malgré son avant-dernière place. Le démarrage en pente était ardu et en cette période de Coupe du monde et des absences nombreuses, les Parisiens savaient qu’ils ne parviendraient pas forcément à surmonter toutes les difficultés apparentes. Mais ce qui interroge le staff, et ce pourquoi une grande réunion a été organisée avec les joueurs dans le courant de la semaine dernière, c’est la capacité de leur équipe à mieux saisir ce deuxième bloc de matchs censément plus favorable. Avec deux réceptions, il devrait fournir davantage de points au classement et permettre de se hisser en une position pas trop désavantageuse avant les grands retours.

Mais les visiteurs se nomment Clermont et Toulon et les cinquante points pris en pleine poire à Bordeaux-Bègles ont laissé des traces inquiétantes. Conquête en berne et défense gruyère ont rendu cette équipe vraiment très anodine. Peut-elle se relever de ses insuffisances ? Des doutes sont permis, pour la première raison qu’elle n’est plus tiré par aucun leader d’envergure, et la seconde, qui tient à des blessures qui la handicapent franchement.

Da Silva titulaire au talon

Un exemple emblématique : elle jouera dimanche avec le jeune talonneur titulaire Lucas Da Silva, 21 ans, classée plutôt quatrième dans la hiérarchie du poste, qui s’est fait une place à la faveur des blessures de Laurent Panis (déchirure abdominale) et de Rémy Bonfils (commotion), et de la décision de la commission de discipline de la LRN prise à l’issue du match contre Bayonne, de prononcer une sanction de trois semaines de suspension à l’égard de Damian Fitzpatrick. La faible utilisation qu’il pourra faire de son joker Coupe du monde est tout aussi emblématique des difficultés du moment du Stade français. L’Australien aura eu l’utilité d’une rustine qui se déchire sur l’ouverture d’un pneu crevé. à quoi s’ajoutent toutes les autres problématiques vécues en coulisses.

La démission du président et celle attendue de son directeur général et la reprise en main du propriétaire Hans-Peter Wild, qui s’est nommé président à la place du président (lire aussi en page 30), ont fait des échos administratifs aux difficultés sportives. Actuellement, le club de la capitale est tout à fait instable dans toutes ses lignes. Tant et si bien que la présence inhabituelle au club de Wild, durant toute la semaine dernière, a rassuré jusque sur le terrain. Il y a bien un pilote dans l’avion, même si personne ne sait actuellement quelle direction prendra l’équipe. Avec ou sans Sekou Macalou, pour jouer contre Clermont ? Talalelei Gray et Willem Alberts seront-ils là ? Mercredi matin, on en était encore là, à se poser la question de quelle arme fatale pouvoir sortir de l’infirmerie, pour redonner des couleurs à leurs jeunes coéquipiers envoyés au feu.

"Réveiller la foudre", dit le slogan choisi sur l’affiche parisienne de présentation de cette rencontre. Un slogan tout à fait bien choisi. La foudre tombant rarement deux fois au même endroit, il dit la difficulté des Parisiens de reprendre le fil de leur histoire conquérante, un an après ce début de saison tonitruant, quand les arrivées de Gaël Fickou et Yohan Maestri avaient réveillée cette "belle endormie". Depuis, des étincelles ou des éclairs, il n’y en a plus guère au dessus de Jean-Bouin.

Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir