Premier tournant pour l'ASM

Publié le / Mis à jour le

Si leur début de championnat fut contrasté, les Auvergnats savent que le deuxième bloc qui débute à paris constituera une échéance décisive de leur saison.

Peut-on décemment se montrer sévère à l’adresse d’une formation à qui il manque près d’une dizaine de joueurs mondialistes, soit autant de potentiels titulaires, donc les deux tiers d’un XV de départ ? Par logique autant que par conviction, on pencherait plutôt pour le non. Quand bien même la dernière sortie de l’ASM serait pourtant de nature à nous faire changer d’opinion… À ce titre, ce n’est en effet pas tant le résultat final qu’on reprocherait aux Auvergnats (après tout, depuis que les doublons existent, ceux-ci ont toujours permis à des "petites " équipes de battre en déplacement les grosses écuries) mais plutôt leur comportement. En effet, même aux pires heures du club auvergnat (comme lors de la terrible saison 2017-2018), jamais on n’avait pris les Clermontois en aussi flagrant délit de passivité qu’ils le furent face à Pau.

Un constat d’autant plus piquant que les Jaunards s’étaient promis de soigner leur entame, après deux déplacements déjà manqués chez les promus Bayonne et Brive. "Ce qui était clair, c’est que dans les rucks offensifs comme défensifs, nous avons manqué de virulence, nous glissait dans la semaine l’expérimenté troisième ligna Alexandre Lapandry. On a un peu trop attendu que les choses se fassent toutes seules. Il va falloir rapidement retrouver de l’engagement car c’est dans ce secteur-là que nous serons attendu à Paris. Que va nous proposer le Stade français dans sa situation ? D’abord de l’agressivité et du combat, où ils voudront se retrouver. À nous d’être prêts et on sait par quoi ça va passer. "

Une agressivité à retrouver

Faut-il en déduire que lors de la réception de Pau, les Auvergnats se sont laissés griser par l’enivrante sensation selon laquelle "ça allait le faire" comme par magie, à la seule condition de revêtir le maillot jaunard aux côtés du capitaine Morgan Parra, de retour après une longue absence ? C’est en tout cas peu ou prou ce qu’a ressenti le manager Franck Azéma, qui ne s’est pas privé de le faire comprendre à ses joueurs…

Voilà pourquoi, alors qu’on pouvait imaginer que la semaine de trêve imposée par la LNR avait permis aux Clermontois de se laver les esprits avant de repartir au combat, les Asémistes en étaient plutôt à la regretter. Quand bien même ce week-end de libre n’était pas forcément un luxe, au vu du programme copieux qui attend les Jaunards ces prochaines semaines. "Dans l’idéal, on aurait bien aimé rejouer immédiatement, éludait Lapandry. Du coup, nous avons coupé trois jours avant d’enchaîner sur du travail physique et technique mais ce n’était pas plus mal au vu du bloc qui nous attend. On sait que le Stade français nous affrontera le couteau entre les dents, avant d’enchaîner sur des équipes qui tournent plutôt très bien en ce moment. Même si on sait que la saison est encore longue, pour nous, ce sera un moment clé car il s’agit de ne pas perdre trop de points sur nos concurrents avant le retour des internationaux… " L’enjeu est donc posé. Plae aux actes, maintenant…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir