• Paul Gabrillagues (France) lors d'un entraînement du XV de France
    Paul Gabrillagues (France) lors d'un entraînement du XV de France Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Éclairage : des places à gagner

La revue d’effectif imposée par le calendrier pourrait aussi permettre à certains de gagner leur place en vue d’un éventuel quart de finale.

Si l’équipe alignée face à l’Argentine peut apparaître comme la meilleure dans la tête de Jacques Brunel et de son staff, on peut néanmoins penser que quelques ajustements sont possibles en vue des matchs décisifs, tout d’abord face à l’Angleterre et notamment lors d’un éventuel quart de finale. C’est notamment le cas en deuxième ligne puisque Arthur Iturria avait dépanné face aux Pumas en raison de la suspension de Paul Gabrillagues et du déficit de rythme de Bernard Le Roux qui n’avait pas pu disputer les matchs amicaux au mois d’août (suspension). Ces deux hommes ont donc une carte à jouer pour venir épauler l’incontournable Sébastien Vahaamahina dans la cage. En effet le retour du Clermontois à ses premiers amours n’a pas été très convaincant, pour ne pas dire un échec. Même lui a reconnu qu’il avait des difficultés : "Je suis tombé sur un match avec beaucoup de mêlée. Ce n’est pas ma qualité première mais ça me forge. C’est une autre expérience pour moi, même si forcément c’est plus contraignant."

Gabrillagues et Le Roux, qui seront associés face au Etats-Unis peuvent donc postuler au numéro 4. Le joueur du Stade français (13 sélections, dont sept titularisations) est le plus expérimenté des deux puisque le Racingman n’a connu que dix sélections à ce poste de seconde ligne (trois titularisations) et a longtemps évolué en troisième ligne avant d’entamer une reconversion en deuxième ligne à partir de 2014 en étant remplaçant à ce poste en Australie. Une expérience reconduite lors du dernier Mondial face à la Roumanie avant de basculer à ce poste en club à partir du 5 juin 2016 en étant titulaire pour la première fois avec le numéro 4 dans le dos face à Montpellier, juste avant la phase finale triomphale du club francilien. Le joueur d’origine sud-africaine va peut-être bénéficier du fait que Paul Gabrillagues est le remplaçant attitré de Vahaamahina. En tout cas, le Parisien est le plus à même d’évoluer à droite, ce qui arrive rarement à Le Roux.

Cette semaine sera aussi l’occasion pour Alivereti Raka de regagner du crédit, lui qui a beaucoup perdu lors de la défaite en Ecosse. Le Clermontois doit démontrer qu’il peut venir concurrencer Yoann Huget car l’ailier toulousain a certainement été le trois-quarts le moins en vue face à l’Argentine, même s’il a encore une longueur d’avance, notamment grâce à son apport défensif. Un secteur où le joueur né aux Fidji ne rassure pas le staff , notamment dans le jeu aérien. à lui de démontrer qu’il est fiable et qu’il peut quitter son couloir pour se mêler au jeu. à lui de saisir sa chance.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir