Guitoune : Au centre des débats

  • Le Toulousain en pleine préparation à Kunamoto au Japon, avant la rencontre face aux États-Uniens. Photo M. O. - D. P.
    Le Toulousain en pleine préparation à Kunamoto au Japon, avant la rencontre face aux États-Uniens. Photo M. O. - D. P.
Publié le

Le trois-quarts centre toulousain, Sofiane Guitoune, n’était pas sur la feuille de match face à l’Argentine, doublé par Virimi Vakatawa arrivé en fin de préparation.

Ce devait être une des belles histoires de cette Coupe du monde. Sofiane Guitoune le maudit devait faire un retour en Bleu explosif ! Jamais appelé en équipe de France depuis la Coupe du monde 2015, le Toulousain avait réussi à gagner sa place au dernier moment grâce à une saison exceptionnelle avec son club. Fini les blessures, il volait sur le terrain, inscrivant douze essais en championnat, son record personnel. Depuis sa participation aux jeux Olympiques de Rio, les ennuis physiques à répétition avaient pourtant failli mettre un terme à sa carrière. Il était certainement le seul à croire en son retour au plus haut niveau. Alors même sans jamais avoir été appelé en quatre ans, sa présence dans la liste des 37 joueurs retenus pour préparer ce Mondial était logique. En tout cas espérée. Mieux, on pouvait déjà saliver de sa présence sur le terrain, laissant espérer un feu d’artifice tricolore dans le domaine offensif.

Désillusion

Et puis l’histoire n’a pas été si belle que ça. Sofiane Guitoune n’était pas sur la feuille de match face à l’Argentine, alors que la place lui semblait acquise depuis le forfait de Geoffrey Doumayrou et la blessure de Wesley Fofana qui l’avait empêché de s’entraîner depuis l’arrivée des Bleus au Japon. Cela a été une terrible désillusion pour le Toulousain : "Je l’ai mal vécu. Très mal. J’étais très déçu. Ce sont les choix du coach. Après je ne suis jamais monté dans un bureau pour demander des explications. Et même si je l’avais fait, cela n’aurait pas changé grand-chose. Après, pour le coup, j’ai eu des échanges avec le staff mais ce n’est pas moi qui les ai provoqués. Maintenant, je vais avoir ma chance sur le terrain. À moi de prouver." Sofiane Guitoune n’a, semble-t-il, pas convaincu pendant la préparation physique, éprouvant des difficultés à récupérer après une saison pleine (la première avec plus de vingt matchs depuis 2014-2015) et les festivités du titre de champion de France. Il n’avait d’ailleurs pas été retenu pour le premier match de préparation à Nice. Une semaine plus tard, il avait été une nouvelle fois écarté avant de faire son apparition comme titulaire après le forfait de Fofana. Il avait d’ailleurs joué une partition intéressante avant de commettre quelques fautes de goût face à l’Italie une semaine plus tard, gâchant quelques situations d’essais flagrantes, ce qui avait particulièrement agacé le staff.

Sofiane Guitoune ne garde donc pas un grand souvenir de la préparation : "Parfois, j’avais l’impression de ne servir à rien, de ne pas être bon au rugby, ni au physique, tellement c’était dur. Habituellement, si tu es cuit au physique, tu t’arrêtes avant le plot et point barre. Mais là, tu cours et tu cours sans vraiment tout comprendre. C’est une situation où tu es placé en perte de lucidité, que l’on peut retrouver en match, mais assez rarement."

Malgré la déception, Sofiane Guitoune affichait tout de même un large sourire samedi à Kumamoto, conscient que cette semaine sera décisive pour son aventure personnelle dans cette Coupe du monde. Avec deux matchs en quatre jours, il va avoir l’occasion de jouer, plus d’un mois après sa dernière apparition face à l’Italie : "Je me sens bien. Vraiment bien. D’abord parce qu’on a continué à travailler avec ceux qui n’étaient pas investi sur le premier match contre l’Argentine. Maintenant, il me tarde vraiment de jouer." Tout en espérant bouleverser la hiérarchie au centre, le Toulousain devra cette fois ne pas en oublier le cadre collectif.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?