Le BO n’a pas tenu la distance

Publié le

Les Basques ont sombré après vingt minutes de jeu et n’ont réussi à revenir.

Pour démarrer ce deuxième bloc, les Basques avaient à cœur de s’offrir le scalp de Soyaux-Angoulême. D’entrée la pression des Biarrots a été très importante, la justesse technique au rendez-vous. Une bonne séquence d’entrée a été récompensée par le premier essai de la rencontre. Mais derrière, les Biarrots ont encaissé deux essais coup sur coup. Pour Ilian Perraux, c’est le tournant de cette rencontre. "On a failli à ce moment précis. À 7-0, on est bien en place, puis ils viennent deux fois dans notre camp et au final ça fait 7-14. On les a laissés revenir. C’est à ce moment-là que l’on se met dedans."

Hart blessé

Pour Nicolas Nadeau, le coach du BO, "on fait vingt très bonnes minutes. Et derrière on se délite complètement, c’est regrettable. L’adversaire nous a mis dans son étau, nous a pressés". La lourde blessure de James Hart à la demi-heure de jeu a également mis un sérieux coup d’arrêt dans les velléités offensives basques. "C’est dommageable pour la suite", a clamé l’entraîneur après coup. Car à ce moment précis du match, les débats étaient encore sur un rythme effréné et rien ne semblait encore figé au tableau d’affichage. Mais globalement dans cette rencontre, les Basques ont pris une leçon dans la détermination, malgré de bonnes séquences collectives.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Dorian Bercheny
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?