Publié le / Modifié le
Top 14

Un goût amer

Auteur de trois essais face au champion de France 2018, le SUA s’incline, mais impressionne.

"J’ai félicité mes joueurs pour la performance, je suis fier d’eux, mais je suis aussi déçu, comme eux, par ce qu’il y a ce sentiment d’injustice." À l’issue de la rencontre, les mots de l’entraîneur agenais Christophe Laussucq fusent. Après un match haut en intensité, le SUA s’incline 30 à 27 sur la pelouse du stade Pierre-Fabre. Une douloureuse défaite où seule une pénalité départage les deux équipes. Une douloureuse défaite où, comme rarement, l’arbitrage vidéo a dicté le score. Sur le papier, tout laissait pourtant croire à une large victoire des Castrais. À domicile, les champions de France 2018 auraient dû dérouler et plier la rencontre dès la première période. Ce scénario, les supporters bleu et blanc venus en nombre ce samedi y ont cru… Les vingt premières minutes. Mis à l’échec sur la touche et indisciplinés, les hommes de Christophe Laussucq laissent filer à l’essai Julien Dumora dès la dixième minute. Après une première pénalité, les Lot-et-Garonnais sont menés 10 à zéro dès l’entame de la rencontre.

Une défaite mais bonifiée

"Je veux bien revoir ce match avec les arbitres. […] On verra que, peut-être, on mérite mieux qu’un point, par ce que ça j’en suis persuadé." L’entraîneur du SUA n’en démord pas. Cette victoire à l’arrachée du CO n’est pas à la hauteur de la prestation de ses joueurs. Capables de marquer 27 points face à un prétendant au top 6, les Agenais ont décroché au courage leur bonus défensif. Un maigre point de bonus qui vient récompenser un collectif qui, pour faire trembler ses adversaires, a fait preuve d’un certain culot.

C’est à la vingtième minute de la première période que le réveil de la force opère. Entre la 20e et la 24e, les Agenais inscrivent pas moins de deux essais. Deux essais signés Loris Tolot et Dave Ryan qui sèment le doute dans les lignes castraises. En infériorité numérique suite au carton jaune de Jamie-Jerry Taulagi, les Lot-et-Garonnais encaisseront quatorze points d’ici la mi-temps. Au retour des vestiaires, ils n’en céderont que trois. Preuve de leur abnégation.

Au terme d’une seconde période étouffante, la pénalité du match nul de Raphaël Lagarde à la 78e apparaît comme une bouffée d’oxygène pour le SUA. Mais l’ouvreur se manque et met fin aux espoirs d’exploit de ses coéquipiers. La saison passée, David avait renversé Goliath 13 à 16 sur sa propre pelouse. Cette année, le géant aura tremblé sans céder.

Bénédicte Dohin
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir