• Gael Fickou
    Gael Fickou PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Fickou : « Il faudra être bien meilleurs »

Le trois-quarts centre Gaël Fickou est conscient que la prestation de l'équipe de France face aux Etats-Unis est loin d'être aboutie mais il espère que cela permettre au groupe de progresser et de rester concentré pour le rendez-vous face au Tonga.

Midi Olympique : Comment expliquez-vous les difficultés que vous avez rencontré avant de vous détacher au tableau d'affichage ?

Gaël Fickou : On a eu du mal face à une équipe qui a très bien défendu. Les joueurs des États-Unis ont été agressifs, peut-être plus que nous : ils ont eu des pénalités en leur faveur, ils ont gratté des ballons. Nous avons aussi fait pas mal de fautes de main. Le ballon était glissant mais ce n’est pas une excuse. On est content d’avoir gagné, surtout avec le bonus offensif. C’était l’objectif, il a été réalisé. On ne va pas se mentir : on ne va pas se contenter de ça. Il faudra être bien meilleurs. Nous pouvons améliorer pas mal de choses. C’est une piqûre de rappel avant d’affronter les Tonga. À la limite c’est bien que ça se passe comme ça, pour être plus concentrés, plus appliqués dans les rucks dès dimanche.

N'avez-vous pas eu peur en seconde période ?

G. F. : On est tombé sur une belle équipe des États-Unis. Ils ont été agressifs. Mais malgré tout, on n’a pas pris d’essai, on n’a jamais lâché. C’est positif. Il reste ce problème d’indiscipline. On a donné des points facilement. Mais je n’ai jamais eu peur. Il m’a semblé que les États-Unis n’avaient jamais été dangereux dans le jeu courant et que leur système était lisible. On est resté solidaires. Maintenant, il faut récupérer.

Le match face au Tonga arrive très vite. Craignez-vous ce match ?

G. F. : Cette performance contre les États-Unis, c’est un avertissement. Contre les Tonga, ça sera rude, probablement encore plus difficile. C’est une petite alerte, même si comptablement l’objectif est atteint. On peut faire mieux mais dans la vie, on peut toujours faire mieux. En Coupe du Monde, ça n’est jamais facile. L’adversaire joue sa vie, nous aussi. On doit évoluer à un autre niveau. Contre les Tonga, on va être attendus dans les rucks comme en mêlée. On doit continuer comme ça avec plus de discipline et ne pas se faire gratter les ballons.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir