• Stade de Sapiac à Montauban
    Stade de Sapiac à Montauban Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Montauban : l’épidémie n’est pas finie

Alors que l’épidémie de staphylocoque semblait résorbée, une suspicion de rechute d’un joueur a été observée et a contraint la LNR à reporter la rencontre face à Aix-en-Provence.

Tout avait pourtant l’air de rentrer dans l’ordre. La contagion de staphylocoque était contenue, non sans un grand effort consenti par l’ensemble du sportif. Staff et joueurs ont été contraints au confinement la majeure partie de la semaine, faisant donc logiquement reporter par la LNR la rencontre à Aurillac. Ce lundi, la situation semblait revenir à la normale. "Les joueurs aptes se sont tous entraînés et ont même fait une très bonne séance, signale Jean Bouilhou, l’entraîneur des avants. Le lendemain (mardi, N.D.L.R.) il y a eu encore une bonne session, à la différence près qu’un joueur a été suspecté de rechute."

Et c’est un communiqué qui a révélé la profondeur du problème épidémique à Montauban. Mercredi en fin de matinée, alors que le XV de France vient à peine de vaincre péniblement les États-Unis, l’US Montalbanaise révèle publiquement que l’affaire n’est pas close. "La possibilité de rechute a été évoquée pour un joueur de l’effectif professionnel", indique le communiqué, sans en oublier la conséquence logique mais terrible "de mettre les joueurs à l’isolement jusqu’à nouvel ordre". Deux pas en arrière, donc, avec un retour à la situation de la semaine passée. "On a directement envoyé le joueur en question au service infectiologie de Purpan, poursuit Jean Bouilhou. Et dans l’attente du résultat de ses examens, le staff et tous les joueurs sont mis sous quarantaine par mesure de précaution." Et de nouveau, la décision de la tenue de la rencontre Montauban - Aix-en-Provence est revenue à la LNR.

Lourdes conséquences

Celle-ci devait trancher ce jeudi dans la matinée mais en coulisses le report du match était déjà acté dans la journée de mercredi. Le risque de transmission était trop fort. Mais ce report, bien que nécessaire pour la bonne santé de l’ensemble des acteurs, n’est pas sans répercussion sévère pour la suite des événements. Le calendrier de Pro D2 est déjà lourd et les deux clubs devront peut-être se passer d’une semaine de repos. "On sera amené à enchaîner les matchs sur plusieurs semaines sans coupure, ce qui est très embêtant pour les organismes, s’inquiète le technicien montalbanais. L’absence de repos va forcément nous handicaper par rapport aux autres équipes." Les dates de report n’ont pas encore été décidées par le Comité directeur de la LNR mais elles poseront indéniablement un souci aux deux équipes. En jetant un coup d’œil au programme de la deuxième division jusqu’à la fin 2019, on se rend compte de la densité du championnat. Seuls deux week-ends ne sont pas joués, le 26 octobre et le 29 novembre. Reste l’hypothèse de jouer en semaine, ou celle d’écourter la trêve hivernale du 22 décembre au 9 janvier. Déjà, le déplacement à Mont-de-Marsan la semaine prochaine a été repoussé au samedi. Et l’entraînement ne reprendra que le mercredi 9 octobre pour les Montalbanais. Pas une mince affaire…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir