• Franck Panafieu (Manager d'Issoire)
    Franck Panafieu (Manager d'Issoire) US Issoire Rugby / US Issoire Rugby
Publié le / Modifié le
Entretiens

Panafieu : « Une bonne tension »

Votre équipe rend visite à celle de Rumilly un peu plus trois mois après la finale de Fédérale 2 qu’elles avaient disputée entre elles. Comment abordez-vous cette rencontre ?

Je ne suis pas inquiet, nous serons attendus. Cette finale a créé de la tension entre nous. Je veux dire, de la bonne tension. Nous avons été champions à leur place au bout d’un suspens incroyable. Le bouclier de champion a changé quatre fois de camp dans les dernières minutes de notre match. Et c’est tombé sur nous. À mon avis, dès que le calendrier est sorti, ils ont coché la date de nos retrouvailles. Nous y allons très sereinement. Nous sommes prêts pour un bon match. Nous savons aussi qu’au-delà de nos retrouvailles, nous luttons ensemble pour le maintien. Dans cette optique, puisqu’ils jouent chez eux, c’est sur leurs épaules que pèse la pression du résultat.

Vous n’avez pas encore gagné mais votre démarrage était difficile, avec des matchs programmés contre trois des quatre premiers du classement. Votre seul point de bonus défensif vous paraît-il satisfaisant ?

Je rappelle qu’il y a six ans, nous jouions en Honneur. Et quand nous étions montés en Fédérale 2, nous nous étions maintenus pour un petit point de bonus défensif. Je ne vais donc pas le bouder. Mais objectivement, il ne me satisfait pas. Je pense que nous aurions pu mieux faire contre Chambéry. Ceci étant, c’est assez logique que nous ne soyons pas rentrés de façon optimale dans le championnat.

Pourquoi ?

Nous défendons un rugby de village et de camaraderie, et ce titre de Fédérale 2, les garçons l’ont fêté dignement. Et ils ont bien eu raison. Nous avons fini tardivement en y laissant toute notre énergie. Nous avons donc repris tardivement. Nous avons conscience de ne pas être en situation favorable, mais notre objectif ne doit pas être évalué à ce stade de la saison. Notre seul souhait, c’est d’avoir deux équipes derrière nous le 19 avril 2020.

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir