• Les Perpignanais de Tom Écochard affrontent dimanche le leader invaincu du championnat de Pro D2, Soyaux-Angoulème. Les Catalans ont un impératif de victoire.
    Les Perpignanais de Tom Écochard affrontent dimanche le leader invaincu du championnat de Pro D2, Soyaux-Angoulème. Les Catalans ont un impératif de victoire. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Perpignan sous pression

Une semaine après une nouvelle désillusion à l’extérieur, sur la pelouse de Rouen, Perpignan reçoit le leader angoumoisin avec plusieurs impératifs : gagner et se rassurer.

"On ne connaît pas notre niveau." Cette petite phrase lâchée par Tom Écochard, il y a quelques semaines en conférence de presse, traduit à elle seule le début de saison chaotique des Catalans. Entre deux victoires poussives à domicile et trois revers inquiétants à l’extérieur, où se situe l’Usap sur le grand échiquier du Pro D2 ? Aussi historique et prestigieuse soit-elle, une formation peut-elle finalement rivaliser avec ses concurrents, en composant, chaque week-end ou presque, avec près de quinze joueurs cadres à l’infirmerie ? Aucune excuse, certes, ne saurait expliquer le manque d’engagement et les faillites mentale et collective de l’effectif sang et or à Rouen, vendredi dernier. Force est d’avouer, toutefois, que l’Usap paraîtrait nettement plus compétitive si elle pouvait compter sur des Cocagi, Lam, Faasalele, Vivalda, Lemalu et autres Bousquet. Mais en attendant inlassablement que son artillerie se renforce, Perpignan est déjà sous pression sur ce début de saison.

Écochard : "Il faut arrêter de parler et de débattre"

Onze points en cinq journées, une huitième place au classement… Oui, les Catalans ont un impératif de victoire. Mais au-delà, les joueurs de Patrick Arlettaz doivent se rassurer, et rassurer des supporters dont le quota de patience flirte aujourd’hui avec la limite, quelques jours seulement après une nouvelle contre-performance en Normandie. "Les joueurs ne sont pas contents de leur performance. Les entraîneurs ne sont pas contents. Le public n’est pas content… Et c’est tout à fait normal. C’est très gênant d‘avoir produit cette qualité à Rouen", concède Gérald Bastide. Le nouvel entraîneur de la défense et de la technique individuelle peine à apporter de l’équilibre dans son secteur de prédilection. Alors que l’Usap est la meilleure défense du championnat avec seulement trois essais encaissés depuis le début de la saison, le club catalan s’est montré extrêmement indiscipliné, ne concédant pas moins de 66 points sur pénalités adverses en seulement cinq journées. Pire bilan du Pro D2 cette fois. "Ce comportement doit être meilleur, notamment en termes d’agressivité et d’envie. Il faudrait vraiment se donner plus", avoue Tom Écochard. "À Rouen et à Carcassonne, on a vraiment l’impression d’avoir le match dans la main de ne pas la serrer pour le gagner. Je crois qu’il faut arrêter de parler et de débattre, de chercher le pourquoi du comment. Je pense qu’aujourd’hui, il y a beaucoup de facteurs qui font que l’équipe n’est pas performante mais qu’elle ne gagne pas à l’extérieur. Il faut arrêter de se poser des questions, faire encore plus d’efforts et tout finira par rentrer. Il faut beaucoup se remettre en question sur les matchs précédents, mais aussi garder une certaine confiance et ne pas jouer avec la peur au ventre", conclut le demi de mêlée de l’Usap. D’autant que les Sang et Or s’apprêtent à recevoir une formation de Soyaux-Angoulême en pleine confiance, leader invaincu du championnat. Le test ultime, sans doute, pour révéler le caractère des Catalans.

Émilien Vicens
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir