• Greig Laidlaw (Écosse)
    Greig Laidlaw (Écosse) PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Emploi du temps chargé pour l'Écosse

Troisièmes provisoires de la poule A, les cossais vont devoir jouer (et gagner) deux matchs en quatre jours. Impossible n’est pas écossais ? Ou pas.

Vous n’avez que peu vu ou lu les Écossais dans la presse ces derniers temps ? C’est normal. Les homme de Gregor Townsend ont du pain sur la planche : ils sont en train de préparer deux matchs en même temps. Mercredi, ils affronteront les Russes à Shizuoka et, dimanche, les Japonais, à Yokohama. Deux matchs forcément décisifs pour les Celtes qui, avec seulement cinq points au compteur et six de retard sur les Irlandais, deuxièmes provisoires de la poule A, sont encore loin d’être qualifiés. Les joueurs des Highlands n’avaient certainement pas vu venir l’exploit des Brave Blossoms contre l’Irlande, cet exploit qui a semé la zizanie dans la compétition.

Certains vont doubler

Leur feuille de route est désormais claire : deux victoires bonifiées seront probablement nécessaires pour arracher une qualification qui, à ce jour, paraît plus improbable que jamais. Le tout avec seulement quatre jours de repos, alors que les Japonais récupèrent déjà depuis samedi soir : "Faire des groupes plus élargis pour la Coupe du monde serait clairement d’une grande aide, grimaçait cette semaine l’entraîneur-adjoint Mike Blair. C’est une situation difficile. Nous sommes un peu plus vulnérables sur certains postes avec seulement trente et un joueurs. Cet enchaînement est un vrai défi. On se prépare tout d’abord pour la Russie, tout en ayant à l’esprit qu’il n’y aura que quatre jours de récupération avant le match contre le Japon. La manière dont on s’occupe des joueurs, le volume d’entraînement, la façon de s’entraîner, ce qu’on travaille… Tout devient très important. Certains joueurs vont devoir participer aux deux matchs. Le nombre de joueurs à disposition et la façon dont est construit le groupe ne nous laisse pas le choix. Cela devient donc capital de bien s’occuper d’eux, de les préparer pour leur permettre d’être performants physiquement."

Les hommes de Stuart McInally vont donc devoir tenir deux fronts en même temps. Et quelque chose nous dit qu’ils n’auront pas la vie facile face aux Russes qui, en dépit de leurs capacités limitées, ont un pack assez dense et rugueux pour avoir posé des problèmes à l’Irlande. Et que dire des Japonais… Mike Blair n’a rien loupé de leur exploit à Shizuoka : "Ils ont été excellents. Tout le monde a été très impressionné. Ce match prouve que nous allons devoir être au top de notre forme pour rivaliser face à eux." Chose qui ne sera pas simple à faire, avec moins de quatre jours pour récupérer.

Voir les commentaires
Réagir