• L’ailier du XV de France fut l’auteur d’une prestation majuscule en attaque. Il lui reste à progresseren défense. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    L’ailier du XV de France fut l’auteur d’une prestation majuscule en attaque. Il lui reste à progresseren défense. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

La revanche de Raka

Médiocre face aux Etats-Unis, le Clermontois a signé face au Tonga une performance aboutie. Peut-il vraiment brouiller au poste les cartes en vue de la phase finale ?

On ne sait si Toutai Kefu, le sélectionneur du Tonga, était ironique lorsqu’il lâcha en conférence de presse : "Aujourd’hui, les deux Fidjiens (Vakatawa et Raka) ont été exceptionnels. Ils nous ont fait beaucoup de mal." à ce sujet, cher Toutai, "Franco-fidjiens" aurait été plus juste mais c’est de bonne guerre, on vous le concède. Comme la Nouvelle-Zélande, l’Angleterre ou l’Australie où vous avez si longtemps évolué (il compte 60 sélections avec les Wallabies), le XV de France profite lui aussi de la mondialisation du rugby et, passé la victoire face aux Aigles des Mers, on ne saurait s’en plaindre. Plus encore que le trois-quarts centre du Racing, le sprinter clermontois a en effet prouvé face aux Tongiens qu’il pouvait incarner, en confiance, une arme redoutable pour le XV de France. Auteur d’un essai magnifique et d’une passe décisive pour ledit "Viri", Alivereti Raka a donc clairement répondu aux critiques s’étant logiquement abattues sur sa personne après une première sortie ratée face aux États-Unis, à Fukuoka.

Huget reste le numéro 1

À ce sujet, son coéquipier Damian Penaud expliquait après la rencontre : "Alivereti, tout le monde l’a enterré après son premier match. Le concernant, les gens sont trop habitués à ce qu’il traverse le terrain et quand ce n’est pas le cas, il est très critiqué. C’est malheureux d’en arriver là mais dans le groupe, personne ne doute de ses qualités. à Kumamoto, Raka a fait un grand match." Doit-on s’en étonner ? Au sujet de l’ailier clermontois, on a toujours été persuadé qu’il était une bombe humaine et, si d’aventure il parvenait un jour à se fondre dans le collectif tricolore, il réglerait probablement toute forme de concurrence. Sofiane Guitoune développe : "Raka, c’est un phénomène : il est capable de passer tout le monde en revue sur un terrain et pour l’avoir affronté à plusieurs reprises en championnat, je parle en connaissance de cause. Dans un bon jour, et il en a souvent, il peut battre quatre défenseurs sur la même action…" En vitesse pure ? "Pas forcément, poursuit Guitoune. En termes de vitesse, Damian Penaud lui est supérieur : sur 100 mètres, ce dernier règle tout le monde. Mais au niveau de l’explosivité et de la puissance, Alivereti Raka n’a probablement pas d’équivalent dans le groupe France."

La question, concernant Alivereti Raka est désormais la suivante : peut-il brouiller les cartes en vue des phases finales ? Peut-il vraiment inquiéter Yoann Huget sur l’aile gauche du XV de France ? Aussi génial soit-il balle en mains, le Clermontois a encore quelques absences en défense (cela s’est une nouvelle fois vérifié face au Tonga dimanche après-midi…), des coups de sang le poussant à s’affranchir de sa ligne et, lorsque c’est le cas, mettre en danger l’édifice défensif du XV de France. Yoann Huget ? Il n’est pas un aigle, certes ; mais il est un excellent défenseur, un très sérieux client sous les ballons hauts et, en tout état de cause, possède un temps d’avance sur son rival clermontois en vue des phases finales. On parie ?

Voir les commentaires
Réagir