• Au sortir de leur victoire contre les Samoa, les coéquipiers de Luke Thompson et le peuple japonais peuvent encore rêver. Photo Icon Sport
    Au sortir de leur victoire contre les Samoa, les coéquipiers de Luke Thompson et le peuple japonais peuvent encore rêver. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Le Japon aux portes de l'histoire

Plus rien n’arrête les Brave Blossoms qui signent une troisième victoire consécutive face aux Samoa. Leader de la poule A, le Japon est en ballottage pour une première qualification historique.

"Ce public a vraiment été dingue, surtout dans les dix dernières minutes." à écouter les déclarations du capitaine nippon, Lappies Labuschagne, c’est tout un peuple qui est venu à bout des Samoans samedi. Les 39 695 spectateurs du City of Toyota Stadium semblait en totale symbiose avec son XV rouge et blanc. à l’image du dernier essai marqué par Kotaro Matsushima. Comme poussée par la ferveur des supporters venus en nombre, et alors que l’on dispute les arrêts de jeu, la première ligne nippone ne flanche pas et ouvre une brèche à son ailier qui offre le bonus offensif à sa nation. Un engouement pour le rugby sans précédent dans l’empire du Soleil-Levant. Un engouement qui ne cesse de grandir au fil des victoires des hommes de Jamie Joseph. Après leur succès historique face à l’Irlande (19-12), les hôtes de ce Mondial 2019 ne pouvaient se permettre une défaite face aux Samoa. Le défi paraissait surmontable après la déconvenue subit par les coéquipiers de l’ex-Toulousain Piula Fa’asalele face à l’Écosse (34-0). Mais c’était sans compter les qualités offensives des Manu Samoa.

Impossible n’est pas nippon

L’entame du match ne laisse place à aucun pronostic définitif. Aussi indiscipliné l’un que l’autre, le Japon et les Samoa se déchirent au fil des pénalités. à tel point que l’issue de la rencontre parait ne dépendre uniquement du coup de pieds de leurs buteurs. Œil pour œil, dent pour dent, Henry Taefu et Yu Tamura s’affrontent à coup de points. Un duel que l’ouvreur des Brave Blossoms remportera, en ne manquant aucun tir au but en première période. La maladresse samoane sera finalement sanctionnée d’un carton jaune. L’exclusion de TJ Ionae, pour plaquage haut, laissera ainsi le champ libre aux Brave Blossoms pour mener 16-9 à la pause grâce à l’essai du centre Lafaele. "Ce que l’on retient, au final, c’est que les gens croient en notre équipe", affirme Jamie Joseph, le sélectionneur nippon, à l’issue de la rencontre. Justement, c’est sans doute cette foi en la victoire qui n’a cessé d’habiter les Brave Blossoms et leurs supporters qui a fait la différence au Toyota Stadium.

Les quarts de finale en vue

De leur histoire, les Japonais n’ont jamais dépassé la phase de poule d’une Coupe du monde. En 2015, ils ont échoué de peu à la qualification. Leurs trois victoires, dont celle inédite face à l’Afrique du Sud, n’avaient pas suffi… Et dans cette édition 2019, difficile de ne pas remarquer que le même scénario semble se profiler à l’horizon du mont Fuji. Surtout qu’après cette victoire bonifiée, l’accession du Japon en quarts de finale de "sa" Coupe du monde dépend du résultat de son dernier match de poule, face à l’écosse. Un XV du Chardon qui avait justement scellé le destin des Nippons lors de la dernière Coupe du monde, en les battant 45 à 10. Nul doute que la rage de vaincre actuelle se nourri de cette frustration, liée à son passé. à l’image de la performance impériale de la défense japonaise s’efforçant d’étouffer les offensives océaniennes en seconde période.

Par leur performance sur les dernières minutes, les Brave Blossoms ont rappelé au monde entier pourquoi ils étaient surnommés ainsi. Le 13 octobre, ils affronteront l’Écosse à Yokohama. Le Japon n’est plus qu’à un match d’entrer dans l’histoire.

Stéphane Dohin
Voir les commentaires
Réagir