• Les Fidjiens de Leone Nakarawa veulent surfer sur la confiance engrangée face aux Géorgiens pour faire douter les Gallois. Et même s’il ne leur reste qu’une infime chance de se qualifier… Photo Icon Sport
    Les Fidjiens de Leone Nakarawa veulent surfer sur la confiance engrangée face aux Géorgiens pour faire douter les Gallois. Et même s’il ne leur reste qu’une infime chance de se qualifier… Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Les Fidji veulent gâcher la fête

Revigorés par leur large succès face à la Géorgie, les coéquipiers de Leone Nakarawa se verraient bien crever le petit nuage sur lequel les Gallois sont assis depuis huit jours...

On savait les Diables rouges prêts. Mais en battant l’Australie il y a dix jours, les Gallois ont impressionné les observateurs et Clive Woodward, l’ancien sélectionneur du XV de la Rose, le premier. "Les hommes de Warren Gatland sont denses, mobiles, ultra organisés en défense et largement transcendés par quelques joueurs de classe mondiale, écrivait sir Clive dans les colonnes du Daily Mail, la semaine dernière. à ce sujet, Gareth Davies (le demi de mêlée, N.D.L.R.) est simplement remarquable : il est doté d’une vitesse incroyable et donne beaucoup de punch à cette ligne d’attaque. à ce rythme, les Gallois contrôleront la poule D de bout en bout." Aussi forts furent ces Gallois contre les Wallabies, c’est néanmoins un autre défi d’envergure qui s’impose aujourd’hui à eux. De toute évidence, les Fidjiens ont en effet très mal vécu leur défaite (avec une équipe bis…) face à l’Uruguay, se sont fait souffler dans les bronches par le sélectionneur John McKee et, depuis le faux pas de Kamaishi, ont indéniablement retrouvé des couleurs et du punch. C’est en tout cas ce qu’on a pu déduire de leur large victoire contre la Géorgie (45-10), au fil de laquelle le Bordelo-Béglais Semi Radradra signa d’ailleurs une performance exceptionnelle.

"La victoire face à la Géorgie m’a rassuré dans le sens où mes joueurs ont fait jeu égal dans le combat d’avants et l’agressivité, expliquait John McKee samedi dernier. Face à des joueurs très denses et pour la plupart rodés aux combats du Top 14, nous avons donné une très bonne réplique. J’en déduis donc que nous sommes prêts à affronter les Gallois." N’oublions pas que les Fidjiens avaient déjà signé face au XV du Poireau, lors du Mondial 2007, un exploit majuscule au stade de la Beaujoire, à Nantes. Cet après-midi-là, les hommes du sélectionneur Ilivasi Tabua, pourtant en infériorité numérique pendant une grande partie de la rencontre, avaient marqué trois essais en onze minutes, signé un match de toute beauté et renversé le pays de Galles, lequel ne s’était même pas qualifié pour les quarts. Cette semaine, l’adjoint de Warren Gatland, l’ancien boxeur Robbyn McBride, expliquait à la presse : "Nous avons tous le match de 2007 en tête et on sait que, dans un bon jour, les Fidjiens peuvent être vraiment très dangereux. Ils n’ont pas montré leur meilleur visage contre l’Uruguay mais il faut se souvenir de leur première mi-temps contre l’Australie, au début du tournoi. Il ne va pas falloir les prendre à la légère. Nous sommes encore très loin d’être qualifiés…" Ken Owens, le talonneur des Scarlets, va plus loin : "Les Fidjiens m’ont beaucoup impressionné face à la Géorgie. Il nous faudra garder la tête froide, défendre comme nous savons le faire et ne pas tomber dans un jeu débridé : parce que là-dessus, nous serons largement battus…"

Cette ligne de trois-quarts….

Les Fidjiens, s’ils n’ont quasiment plus aucune chance de voir les quarts de finale de la compétition, peuvent-ils créer l’exploit après avoir mordu la poussière face au Petit Poucet uruguayen ? Au Japon, ils sont nombreux à en être convaincus et le sélectionneur mélanésien John McKee fait évidemment partie de ceux-là : "Je suis néo-zélandais et connais Warren Gatland depuis de très longues années. Je l’ai félicité quand le pays de Galles a atteint la première place au classement World Rugby mais si je peux contribuer à lui gâcher la fête, à Oita, je ne m’en priverai pas…" Au sein de sa ligne de trois-quarts, probablement la plus saignante de la compétition avec celle des All Blacks, John McKee compte ainsi sur les talentueux Radradra, Waisea, Tuisova, Botia ou Murimurivalu pour faire exploser un verrou gallois considéré comme l’un des meilleurs systèmes défensifs au monde. Les Fidjiens, si souvent habitués à mettre le bazar dans les Coupes du monde qu’ils fréquentent, vont-ils remettre le couvert à Oita ? On serait parieur, on se dirait que le risque mérite d’être couru…

Voir les commentaires
Réagir