Gilpin : « Nous avons pris la bonne décision pour la sécurité de tous »

  • Alan Gilpin, directeur de la Coupe du monde 2019
    Alan Gilpin, directeur de la Coupe du monde 2019 Rugby World Cup / Rugby World Cup
Publié le / Mis à jour le

Avant d’annuler les matchs, avez-vous songé à déplacer les matchs géographiquement ou à les repousser ?

Tout à fait. Au cours des derniers jours, nous avons étudié de façon exhaustive toutes les options qui se présentaient à nous. Et il est important de préciser que ce que nous faisons à l’heure actuelle rentre absolument dans le cadre de ce qui avait été décidé avant le Tournoi, c’est-à-dire qu’aucun match de poule ne sera déplacé ou reporté. Peut-être que nous aurons quelques exceptions, pour l’instant on l’ignore. Mais nous avions ce week-end tellement de matchs simultanés et tellement de déplacements d’équipes et surtout de supporters que nous avons choisi de prendre cette décision.

Avez-vous des regrets par rapport à la décision d’organiser une Coupe du monde pendant la saison des typhons au Japon ?

Aucun regret. Je pense que nous avons vu, au cours des trois dernières semaines, toutes les raisons qui nous ont poussés à organiser une Coupe du monde ici à cette saison. Le tournoi a jusqu’alors été fantastique, sur le terrain comme en dehors. Nous savions qu’il y avait des risques, même si un typhon de cette ampleur est toutefois rare au pays. Nous suivons donc les plans établis pour les phases de poule, et nous avons d’autres plans pour les phases finales. Nous avons pris la meilleure décision pour assurer la sécurité de chacun.

Pensez-vous que les matchs annulés vont fausser le reste de la compétition ?

Nous ne pensons pas. Les règles ne sont pas nouvelles, elles ont toujours été ainsi. C’est juste que nous n’avons encore jamais eu à les appliquer. Les équipes étaient conscientes de toutes ces règles, et se sont engagées dans la compétition en promettant de s’y plier.

Vous déclarez que vous réévalueriez les conditions de jeu dimanche matin pour le match Japon-Écosse prévu dimanche soir. Compte tenu de son caractère décisif en vue de la qualification, avez-vous un plan B pour déplacer ou repousser ce match ?

Encore une fois, nous avons souhaité garder la même ligne de conduite pour traiter tous les matchs. À ce titre, il est important de rappeler que l’Italie était en aussi bonne position de se qualifier que l’Écosse. Mais clairement, ce Japon-Écosse est un match énorme et nous adorerions qu’il se joue. Nous allons donc travailler incroyablement dur avec tous nos collègues de World Rugby et les autorités locales jusqu’à dimanche matin pour que ce match se tienne. Je tiens toutefois à dire que nous ne traiterons pas ce match de façon différente des autres. Propos recueillis à Tokyo par S. V.

Voir les commentaires
Réagir