• Les Japonais, jusque-là dans l’euphorie, sont dans l’attente de disputer ou non leur rencontre décisive face aux Écossais de George Horne, qui se sont rodé contre la Russie et qui sont prêts. Photos M. O. - D. P. et Icon Sport
    Les Japonais, jusque-là dans l’euphorie, sont dans l’attente de disputer ou non leur rencontre décisive face aux Écossais de George Horne, qui se sont rodé contre la Russie et qui sont prêts. Photos M. O. - D. P. et Icon Sport
  • Une qualification en suspens
    Une qualification en suspens
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Japon - Écosse : une qualification en suspens

Le choc opposant le Japon à l’Ecosse, prévu dimanche à Yokohama est toujours sous la menace d’une annulation en raison du passage du typhon Hagibis, prévu pour samedi. Celle-ci profiterait au Japon, et éjecterais les Ecossais de la compétition.

On l’attendait, ce match. Dès que la composition des poules a été dévoilée. Groupe A : Irlande, Écosse, Japon, Samoa, Russie. à ce moment là, tout le monde voyait logiquement l’Irlande terminer en tête. Et en jetant un œil sur le calendrier, on remarquait tout de suite que le Japon et l’Écosse allaient s’affronter pour la dernière journée dans ce qui allait être une finale pour la deuxième place qualificative. Puis, il y eut l’exploit de Shizuoka et la victoire des Brave Blossoms face à une Irlande qui ne savait plus à quel saint se vouer face à la furia des Japonais. Et à l’heure où nous écrivons ces lignes, le pays organisateur est toujours en tête de la poule A avec un point d’avance sur le XV du Trèfle et quatre d’avance sur celui du Chardon. Ce Japon - Écosse n’a donc pas perdu de son sel : il décidera toujours de la qualification. Sauf que le deux équipes ne partent plus sur la même ligne et que le Japon est bien plus proche de la qualification que les Calédoniens qui ont fait le boulot en faisant le plein de points face aux Russes mercredi (victoire 61-0, lire ci-dessous). Une victoire bonifiée qui serait toutefois insuffisante si le match venait à être annulé et déclaré nul, donnant à chaque équipe deux points au classement. Le Japon filerait alors en quarts, tandis que l’Écosse passerait à la trappe.

Car jeudi midi, World Rugby a annoncé l’arrivée de Hagibis, un énorme typhon qui devrait passer au-dessus du Japon dans la journée de samedi. Selon l’expert météorologue indépendant Koji Horiuchi, présent lors de la conférence de presse de World Rugby, ce dix-neuvième typhon de la saison sera le plus gros de l’année. Photos satellites à l’appui, il a montré qu’il était quatre fois plus gros que le quinzième qui avait causé de sérieux dégâts dans la région de Chiba en septembre… On comprend donc mieux pourquoi le Japon est en état d’alerte et pourquoi World Rugby a décidé d’annuler Nouvelle-Zélande - Italie et France - Angleterre, prévus à des horaires et à des endroits qui coïncident parfaitement avec les évaluations de la trajectoire d’Hagibis. "Il s’agit d’une situation complexe, qui ne cesse d’évoluer, et que nous avons suivi avec la plus grande vigilance en collaboration avec nos météorologues", a précisé Alan Gilpin, le patron de la Coupe du monde.

L’Écosse a demandé à délocaliser à Kobe mais…

Vous l’aurez compris, la situation évolue d’heure en heure. Et pour l’instant, World Rugby n’a pas pris de décision concernant le choc Japon - Écosse, prévu dimanche à 12 h 45. Soit le lendemain du passage du typhon : "Tout est mis en œuvre pour garantir que les matchs de dimanche seront maintenus selon les modalités prévues. Cependant, avant que ne soit prise toute décision définitive, les sites devront être soumis à un contrôle minutieux après le passage du typhon, dimanche matin" a précisé Gilpin. Interrogé sur le fait de savoir si le caractère aussi incertain que déterminant de ce match lui donnerait un "traitement spécial" (soit un report ou une délocalisation), Gilpin s’est montré ferme : "Encore une fois, nous avons souhaité garder la même ligne de conduite pour traiter tous les matchs. à ce titre, il est important de rappeler que l’Italie était en aussi bonne position de se qualifier que l’Écosse. Mais clairement, ce Japon - écosse est un match énorme et nous adorerions qu’il se joue. Nous allons donc travailler incroyablement dur avec tous nos collègues de World Rugby et les autorités locales jusqu’à dimanche matin pour que ce match se tienne. Je tiens toutefois à dire que nous ne traiterons pas ce match de façon différente des autres."

Selon nos confrères de la presse écossaise, la Scotland Rugby Union aurait demandé au comité d’organisation de délocaliser le match à Kobe, une zone non touchée par le typhon et où l’on trouve le Mizaki Stadium, un stade qui dispose d’un toit. Seulement, cette option n’a pas été évoquée. L’autre incertitude réside dans les dégât que Hagibis peut causer : même si le temps est redevenu clément et que les transports en commun fonctionnent, la rencontre pourrait être annulée si le stade de Yokohama subissait de trop gros dégâts. L’Écosse retient donc son souffle, tandis que le Japon entrevoit un quart de finale… mais contre qui ? L’Afrique du Sud ou la Nouvelle-Zélande ? On l’ignore. La météo, et éventuellement le match, en décideront.

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir