• George North (Pays de Galles)
    George North (Pays de Galles) PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Les Gallois « ne pensent pas à la France »... Vraiment ?

Promis à affronter les Bleus dans une semaine, en quart de finale à Oita, les Gallois doivent avant terminer le travail face à l'Uruguay, demain à Kumamoto. Juré, ils ne pensent pas au quart. Vraiment ?

Faut-il les croire ? Les Gallois, qui affronteront demain l'Uruguay à Kumamoto en clôture de leur phase de poule, jure ne penser qu'à ce match. Et certainement pas au quart de finale qui devrait suivre, dimanche prochain contre la France. Sérieusement ? « Ceux qui jouent contre l'Uruguay n'auront pas la France à l'esprit » assure Shaun Edwards, entraîneur de la défense et futur spécialiste du secteur auprès des Bleus. Avec un argument un rien paradoxal, pour appuyer cette promesse : la concurrence. Parce que, pour affronter l'Uruguay, Warren Gatland et son staff ont procédé à treize changements par rapport à l'équipe qui a battu les Fidji, il y a quatre jour. « Ces joueurs savent qu'ils doivent gagner leur place demain s'ils veulent faire partie des 23 pour le quart de finale. J'espère qu'ils sont bien concentrés sur ce qu'ils ont à faire, qu'ils auront la volonté de se mettre en valeur pour pouvoir dire au boss (Warren Gatland) : « Quand tu m'as fait jouer, on a fait un match extraordinaire ». » Voilà donc pour la subtilité du discours : pour affirmer qu'ils ne pensent pas aux Bleus, les Gallois expliquent se servir du match de l'Uruguay pour se préparer au quart de finale.

Inquiétudes pour Biggar et J. Davies

Pour dire vrai, toute autre situation aurait été étonnante. S'il reste un travail à finir ce dimanche, les Gallois ont déjà fait le plus dur en triomphant de l'Australie et des Fidji. Quand à la concurrence ouverte, est-elle réelle ? Il y a le cas des blessés à gérer. Jonathan Davies, certainement le meilleur défenseur du monde, est sorti boîtant bas, mercredi face aux Fidjiens. Dan Biggar, lui, vient de subir une seconde commotion en dix jours et inquiète, à un poste d'ouvreur où le XV de Poireau a déjà perdu Gareth Anscombe en préparation. Seront-ils aptes pour affronter les Bleus ? Difficile à dire. Shaund Edwards jour la communication. « Pour Jonathan, ça a l'air moins grave que de prime abord. On en saura plus dans les jours qui viennent, mais les médicaments font bien leur effet. On est plutôt optimistes quant à son retour. » 

Le sélectionneur Warren Gatland renchérrit : « Heureusement, on s’occupe très bien de lui. Son genou est un peu enflé et on lui met régulièrement de la glace. Il faut lui laisser encore un peu de temps et ça devrait normalement s’améliorer ces prochains jours. Quant à Dan (Biggar), il n’a ressenti aucun symptôme le lendemain, ce qui est super. Il est très bien suivi par l’équipe médicale. Il dit qu’il se sent très bien. Il est juste en train de passer les protocoles de prise en charge de sa commotion cérébrale pour l’instant. » Difficile, dans tout ça, de démêler le vrai du faux. Pour le reste, le duo Gatland-Edwards peut bien promettre que « la porte n’est pas fermée, il y a encore des places à prendre », le pays de Galles évolue avec une équipe stable depuis bientôt quatre ans. Et les Bleus n'auront pas de grande surprise à attendre de la composition d'équipe galloise, la semaine prochaine à Oita.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir