Clermont : L’enfer des dimanches

  • Les Clermontois n’ont pas trouvé de solutions pour venir à bout des Girondins. Photo Justine Hamon
    Les Clermontois n’ont pas trouvé de solutions pour venir à bout des Girondins. Photo Justine Hamon
Publié le / Mis à jour le

Pour ce déplacement chez le dauphin, l’ASMCA avait fait le choix d’une équipe remaniée, en raison d’un calendrier qui l’a obligée à jouer déjà cinq fois le dimanche. Et si l’équipe n’a pas démérité, elle n’a pas fait de miracles non plus…

C’était un dimanche en prime time sur Canal +, un choc entre l’équipe en forme du Top 14 et le finaliste de la saison dernière, bref, la perspective de passer une soirée de feu, blotti au fond de son canapé. Mais on sait bien que le choc fit long feu… Car même si Tuicuvu ou Ezeala se sont démultipliés entre sauvetages d’outre-tombe et éclairs offensifs, le rythme imposé par les Girondins finit comme prévu par faire pencher la balance en faveur de l’UBB. Alors certes, les "Jeunards" ont offert au dauphin du Top 14 (un brin suffisant au coup d’envoi, il faut l’avouer) une opposition digne de son statut. Et certes, une des raisons profondes de la défaite peut même largement être imputée à la malchance de perdre quatre joueurs en première période (Ruaud, Engelbrecht, Van Tonder et Ulugia)… "On a dû coacher très tôt, mais c’était du coaching subi, pas du coaching prévu, anticipait le manager Franck Azéma au cœur de la première mi-temps. Ça risque de peser dans le dernier quart d’heure." Et cela a effectivement bien pesé, malgré l’énorme coup de poker de la 50e, qui vit Clermont vider son banc à 30 minutes de la fin.

Autant, peut-être, que la décision prise par le staff clermontois de procéder à une profonde rotation au sein de son XV de départ. Mais pouvait-il vraiment en être autrement ? Pour qui sait entendre, on sait bien que non… Azéma avait d’ailleurs habilement préparé le terrain, en rappelant après la victoire de ses hommes la semaine dernière contre Montpellier que "sur les neuf premières journées, Clermont a joué cinq fois le dimanche". Un constat évidemment tout sauf anodin puisqu’il s’agit du "record" du Top 14 en ce début de saison, avec ce qu’il implique d’usure et de manque de récupération.

Le derby contre Lyon en ligne de mire

Cela d’autant plus que la semaine prochaine, Clermont recevra le leader lyonnais. Un dimanche, encore… Donc après une semaine entière pour se préparer, nous rétorquerez-vous ? Oui… Sauf que la fatigue accumulée depuis le début de la saison était déjà bien là, dans les pattes, lorsqu’il s’est agi de préparer ce déplacement à Bordeaux, évidemment moins "important" dans le plan de vol auvergnat que le derby de la grande région AuRa. On exagère ? Pas le moins du monde, malheureusement… Car au-delà d’avoir été souvent programmée le dimanche, l’ASMCA a également été l’une des formations à payer le plus lourd tribut à la Coupe du monde, avec une dizaine de joueurs absents, qui ont obligé Franck Azéma à composer avec un effectif d’autant plus restreint que les "jokers Coupes du monde" et autres recrues ont tardé à prendre leurs marques en ce début de saison, à l’exception notable de l’ouvreur Jake McIntyre. Pour preuve, huit joueurs auvergnats avaient d’ores et déjà atteint la barre des 400 minutes de jeu avant le choc à Bordeaux (Jedrasiak, Timani, Lee, Cancoriet, McIntyre, Moala, Ezeala, Abendanon). De quoi légitimer le choix de garder lesdits cadres au frais, en vue du match contre Lyon. Qui plus est au vu de certaines séquences aperçues à Bordeaux, comme celle de plus de quatre minutes qui aboutit à l’essai de Lesgourgues…

Voir les commentaires
Réagir