Dans les coulisses de Yamaha Júbilo

  • Après une interminable séance d’entraînement, les joueurs du Yamaha Júbilo posent fièrement devant leur centre d’entraînement flambant neuf avec le sentiment du devoir (enfin) accompli. Debout en haut à droite, se trouve le pilier Ryo Yamamura. à sa droite avec un ballon en main, le jeune talonneur Toshiya. Le capitaine et deuxième ligne Yuya Odo est à mes côtés, au centre assis en tailleur. à gauche, on remarque qu’un troisième ligne s’est strappé les doigts, une mode lancée par la star de l’équipe en 2015, Ayumu Goromaru, dont le casier était juste à côté du nôtre (photo en haut à droite). à côté, le très prometteur troisième ligne Ryousuke Funahashi s’élève pour capter…
    Après une interminable séance d’entraînement, les joueurs du Yamaha Júbilo posent fièrement devant leur centre d’entraînement flambant neuf avec le sentiment du devoir (enfin) accompli. Debout en haut à droite, se trouve le pilier Ryo Yamamura. à sa droite avec un ballon en main, le jeune talonneur Toshiya. Le capitaine et deuxième ligne Yuya Odo est à mes côtés, au centre assis en tailleur. à gauche, on remarque qu’un troisième ligne s’est strappé les doigts, une mode lancée par la star de l’équipe en 2015, Ayumu Goromaru, dont le casier était juste à côté du nôtre (photo en haut à droite). à côté, le très prometteur troisième ligne Ryousuke Funahashi s’élève pour capter…
  • Dans les coulisses  de Yamaha júbilo
    Dans les coulisses de Yamaha júbilo
  • Dans les coulisses  de Yamaha júbilo
    Dans les coulisses de Yamaha júbilo
  • Dans les coulisses  de Yamaha júbilo Dans les coulisses  de Yamaha júbilo
    Dans les coulisses de Yamaha júbilo
Publié le , mis à jour

Nous avons eu le privilège, le temps d’une journée, de nous entraîner avec l’une des meilleurs équipes du championnat de Top League, le Yamaha Júbilo basée à Iwata. Une expérience qui nous a permis de comprendre comment, à force de travail et d’abnégation, le rugby japonais forme aujourd’hui ceux qui figurent parmi les meilleurs joueurs du monde. Et aussi d’entrevoir son formidable potentiel, alors que celui n’est pas encore totalement professionnel. Immersion.

Depuis le temps que l’on lisait partout que les rugbymen japonais étaient les forçats de ce sport, on a décidé d’aller le vérifier par nous-même. On a donc quitté l’agitation de la mégapole tokyoïte pour rejoindre la quiétude de la (toute) petite ville côtière d’Iwata, à deux heures de train au sud de Tokyo. à l’échelle du Japon, Iwata et ses 175 000 habitants sont un village. Mais un village...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?