• Benoît Paillaugue
    Benoît Paillaugue Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Le mal récurrent montpelliérain

Incapable de s’imposer à l’extérieur, le MHR s’est une nouvelle fois sabordé par son indiscipline. Une prise de conscience est attendue.

Avec trois cartons reçus sur la pelouse de Jean-Dauger samedi, le MHR a consolidé sa place en tête des équipes les plus indisciplinées de ce championnat. Une place de leader bien peu glorieuse, que Montpellier partage aujourd’hui avec le Stade toulousain et le Stade rochelais. Tous trois ont reçu sept biscottes depuis la reprise. Si on vous rappelle ça, c’est avant tout parce que l’indiscipline des Héraultais est en partie responsable de la neuvième place occupée par le MHR après sept journées. La rencontre de ce week-end n’a pas dérogé à la règle.

Pendant une heure, la bande à Benoît Paillaugue a été contrainte d’évoluer en infériorité numérique. "Ce n’est pas possible de vouloir rivaliser même avec tout le cœur du monde", regrettait Xavier Garbajosa. Malgré ça, les Montpelliérains ne sont pas apparus largués dans le match et menaient même 24 à 20 à l’heure de jeu. "Je pense qu’à quinze, ça aurait été un tout autre match", glissait Yvan Reilhac après la rencontre. En ce sens, le carton rouge reçu par Johan Goosen fut un des tournants du match. D’abord parce qu’à quatorze, les Héraultais ont dû compenser pour rivaliser face à la furia bayonnaise et ont payé cette grosse débauche d’énergie sur la fin. Et ensuite, car sans l’ancien meilleur joueur du Top 14, le MHR est apparu brouillon dans son jeu, a multiplié les erreurs et a pêché dans ces fameux "petits détails", à l’image de cette passe directement en touche d’Anthony Bouthier à trois minutes de la fin. "Nous n’avons pas de certitudes, soupirait Xavier Garbajosa. Nous cherchons à bien faire, mais ça manque de soutien ou la prise de décision n’est pas bonne. C’est décevant, mais il va falloir se remettre au travail et je pense qu’à un moment donné, ça basculera de notre côté."

Garbajosa : " Il va falloir une prise de conscience générale. "

Dixième du classement, à un petit point de Toulon, sixième, il n’y a pas non plus le feu dans la maison Héraultaise. Grâce à un gros pack et un Nico Janse van Rensburg très bon sur la pelouse de Jean-Dauger, le MHR a tout de même ramené un bonus défensif du Pays basque, son deuxième en quatre défaites. Mais ce début de saison est en deçà des ambitions d’une équipe de ce calibre. "C’est bien d’avoir des regrets, mais on ne vit pas de regrets, rappelait l’ancien entraîneur de La Rochelle. Il va falloir prendre conscience que sur un match de rugby, il y a pas mal de paramètres qui entrent en jeu, notamment la discipline. Je n’ai pas de baguette magique, mais il faut que les garçons prennent conscience que la prise de décision individuelle nuit au rendement de l’équipe. Il va falloir une prise de conscience générale." Agacé, le manager ? "Non, ce n’est pas de la colère qui règne. C’est de la déception, de la frustration. Tout un tas d’émotions qui se mélangent. Faire des erreurs, ce n’est pas grave. Les répéter, en revanche, ça devient une faute. On perd à Clermont sans prendre un point, avec l’engagement que les garçons ont mis. On identifie que la discipline nous a mis dedans et j’osais espérer que c’était compris. Manifestement non. C’est la répétition de ce genre de chose qui, aujourd’hui, m’énerve profondément." La semaine devrait donc être plus que studieuse à Montpellier, avant la réception du champion de France en titre dans six jours. À ce sujet, Garbajosa concluait : "Il va falloir identifier ce qui n’a pas fonctionné face à Bayonne. Mais comme ce sont toujours les mêmes choses, peut-être qu’on passera rapidement à Toulouse. Parce que ça ne va être une partie de plaisir…"

Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir