Nevers en voie de guérison

  • 16e minute : le premier essai de Nevers inscrit par Frank Bradshaw lance les hostilités. Opportunistes, les Neversois ont réussi à s’imposer et relancer la machine. Photo Fabien Belloli
    16e minute : le premier essai de Nevers inscrit par Frank Bradshaw lance les hostilités. Opportunistes, les Neversois ont réussi à s’imposer et relancer la machine. Photo Fabien Belloli
Publié le / Mis à jour le

En quête de points et de maîtrise, après un début de saison aussi chaotique que fiévreux, l’Uson a dominé Vannes grâce à la puissance de son pack et à un réalisme en partie retrouvé.

Virant en tête à la pause avec deux essais à zéro et un 20-3 confortable, l’Uson semblait promise à une victoire bonifiée face à une équipe de Vannes étouffée devant et anesthésiée derrière. Tout le Pré-Fleuri pouvait y rêver tout haut en descendant au ravito. Tout le stade ? Non. Dans le vestiaire des locaux, Xavier Péméja parlait réalité à ses joueurs. "Je peux vous dire qu’on n’a surtout pas parlé du bonus offensif", s’anime le manager à l’issue du match, finalement remporté 26-10. Et de se refuser de faire la fine bouche : "En face, c’est Vannes, quand même. Une super équipe, un gros effectif, qui fait un barrage à domicile la saison dernière, alors que nous non. N’oublions pas qu’on a un championnat hyper difficile, où tout le monde se vaut. Alors je suis heureux, très heureux d’avoir battu Vannes."

Du déchet en deuxième mi-temps

Si la victoire le rend zen, l’évocation de l’épisode staphylo remonte immédiatement la température du discours : "Cela me fait caguer (sic) que l’on nous dise que ce n’est pas grave." L’inquiétude face aux conséquences, le repos et l’isolement forcés qui pèsent sur la mécanique du collectif, les entraînements en effectif réduit… Xavier Péméja a vécu une situation inédite dans sa longue carrière d’entraîneur, qui donne encore plus de saveur au succès du jour : "Qu’on n’ait pas été sexy, il n’y a aucun doute là-dessus. Mais c’est une bonne performance avec tout ce qui se passe, avec huit joueurs encore sur le côté cette semaine et qui ne vont pas être bien après trois semaines d’isolement." Du côté des joueurs, à chaud, le scénario du match laisse une impression plus mitigée. "On va retenir la victoire, affirme l’arrière Loïc Le Gal. On fait une bonne première période, avec deux essais et une bonne défense, mais à 15 contre 13, on a oublié de jouer, alors qu’on aurait pu les enfoncer. On a parfois tenté des passes impossibles. Et puis en seconde période, il y a eu beaucoup de déchet des deux côtés, on n’arrivait plus à enchaîner."

Promu capitaine, le flanker Fred Quercy retient quant à lui "une première mi-temps de référence, dans l’intensité, l’engagement", avant une baisse de régime agaçante : "Sur des matchs plus serrés, ça risque de ne pas passer. Alors que si on arrive à faire quatre-vingts minutes comme les quarante premières, on peut faire une belle saison."

Sébastien Chabard
Voir les commentaires
Réagir