• Suite à une douleur au dos, Antoine Dupont a été ménagé face aux USA et a joué 26 minutes face aux Tongas. Il a repris l’entraînement et jouera face aux Gallois.
    Suite à une douleur au dos, Antoine Dupont a été ménagé face aux USA et a joué 26 minutes face aux Tongas. Il a repris l’entraînement et jouera face aux Gallois. Patrick Derewiany / Midi Olympique / Patrick Derewiany
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Dupont, vent de dos

Au terme d’une semaine faite d’incertitudes, le Toulousain tiendra sa place à la mêlée. Réclamé de tous.

Ils ne sont pas nombreux, les joueurs pour lesquels on consent de tels efforts et de telles inquiétudes. Et cela marque un certain statut, positif, dans la hiérarchie d’un poste et d’une équipe. Antoine Dupont fait partie de ceux-là. Depuis 10 jours, le staff des Bleus est au petit soin autour de son demi de mêlée. Le staff médical, d’abord. Depuis France-Argentine, le demi de mêlée toulousain se plaint du dos. Et pas qu’un peu. Il a d’abord fallu le ménager, pour France-USA. Puis ne l’utiliser qu’en fin de match, face aux Tongas. "Antoine a effectivement un peu mal au dos, c’est une des raisons pour lesquelles il ne fera qu’un bout de match contre les Tonga. Mais ce petit problème devrait se résoudre. Je ne pense pas que ça remette en cause sa participation au match contre l’Angleterre", promettait alors Brunel. Il y avait pourtant cette image, en fin de match du Tonga : au moment de donner au public le traditionnel salut japonais façon Judo, en ligne face la tribune, Antoine Dupont inclinait effectivement le buste. Moins que les autres. Et se redressait en grimaçant fortement, une main posée sur le bas du dos. L’affaire est donc plus sérieuse qu’un "petit problème qui devrait se résoudre." Selon nos informations, Antoine Dupont aurait déclaré forfait face à l’Angleterre, il y a une semaine, si le typhon Hagibis n’avait pas balayé la tenue du match.

Sans collectif jusqu’à mardi

Début de semaine, quart de finale en vue et branle-bas de combat. Les problèmes de dos de Dupont persistent. Et le "petit problème" en devient un majeur : Antoine Dupont fait partie de ces joueurs dont on couche le nom, dans le XV de départ, avant-même d’entamer les discussions au sein du staff. Le numéro 9 des Bleus, c’est lui. Ce mardi, son absence potentielle ne fait pas rire, en interne, alors que ne s’entraîne toujours pas. En tout cas pas avec le reste de l’équipe. Dupont court à part, à un rythme certes soutenu. Il passe au sol, percute un bouclier, enchaîne les changements de direction mais ne se mêle pas aux ateliers collectifs, pour éviter encore les contacts. À seulement cinq jours du match. Alors, faut-il réellement s’inquiéter ?

’incertitude le concernant transpire jusque dans le groupe des joueurs. "On est très déçus pour lui : Antoine est le premier que ça embête", grimaçait son coéquipier Sofiane Guitoune, mardi. Avant un élan d’optimisme. "Il est en phase de reprise et je pense que ça va aller. Il est le premier pénalisé mais il se donne à fond pour revenir. Il court comme un lapin, j’ai l’impression que ça va aller et qu’on pourra compter sur lui." Le lendemain, Paul Gabrillagues ajoutait encore un peu à l’optimisme. "Antoine, son dos va mieux. C’est en bonne voie pour qu’il participe à ce match." Quelques minutes plus tôt, sur la pelouse du Danoharu sports park d’Oita, on avait vu le Toulousain débarquer en même temps que ses coéquipiers, sur la pelouse, pour la première fois depuis longtemps. Il avait alors repris toutes ses routines. Un échauffement soigné, avec des étirements au sol insistant - devinez quoi - sur le dos. Toujours des étirements, minutieux, à genoux puis debout. Avant de se saisir enfin du ballon. Il ne le lâchera plus. Quand le groupe France s’est scindé en deux (les titulaires d’un côté, les remplaçants et hors groupe de l’autre) le Toulousain a rejoint Guirado, Poirot, Vahaamahina, Fickou et consorts. Pari gagné. Dupont va jouer.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir