• Ludovic Radosavljevic (Castres) contre Toulouse
    Ludovic Radosavljevic (Castres) contre Toulouse Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Entretiens

Radosavljevic : « Je ne me sens pas dans l’ombre de Rory »

Le numéro 9 du CO, Ludovic Radosavljevic, sera titulaire. Il évoque le match à venir et le début de saison des castrais.

Dans quel état d’esprit l’équipe va-t-elle se déplacer à Pau, un concurrent direct dans votre objectif initial, le top 6 ?

Pour le moment, à l’extérieur, nos objectifs ne se quantifient pas en termes de résultat. On n’a pas la prétention de dire que nous allons gagner à Pau, qui est une superbe équipe et qui réalise un très bon début de championnat. Par contre, nous chercherons à continuer de mettre en place un bon contenu un peu comme nous l’avons fait à Toulouse, si l’on excepte le tout début de match où nous avons encaissé deux essais. Nous voulons confirmer les améliorations entrevues depuis quelques semaines et retrouver de l’allant !

De quelles améliorations parlez-vous ?

J’ai le sentiment que nous avons fait des progrès sur le secteur défensif depuis quelques matchs. On se sent mieux, on comprend mieux ce que les coachs attendent de nous.

À titre personnel, vous semblez très en forme. Vous êtes plutôt performant lors de chacune de vos apparitions…

Je me sens bien, j’essaye d’apporter ma pierre à l’édifice même si, pour le moment, je n’ai pas eu la chance de commencer souvent les rencontres. Quand j’entre sur la pelouse, je veux toujours impacter positivement le jeu de l’équipe. J’essaye de prendre des initiatives et d’amener mon expérience.

Pour le moment, les entraîneurs s’appuient plutôt sur Rory Kockott pour démarrer les matchs au poste de numéro 9. Vous sentez-vous frustré ?

Non, je ne me sens pas dans l’ombre de Rory. La saison passée, nous nous sommes partagé à peu près également le nombre de matchs commencés (16 pour Kockott, 11 pour Radosavljevic, N. D. L. R.). Là, pour le moment, c’est lui qui débute les rencontres mais la saison sera longue et on aura besoin de tout le monde. C’est aussi vrai pour les petits jeunes qui s’entraînent avec nous et sur qui les entraîneurs comptent. Avec Rory, on se régale à encadrer le jeune Jérémy Fernandez (demi de mêlée des espoirs du CO, N.D.L.R.) qui sera notre relève à un moment ou à un autre.

Le geste de votre début de saison est sans doute ce drop-goal réussi contre le Stade français. Un geste étonnant pour un numéro 9 !

Et oui, mais n’oublions pas que je suis un numéro 10 de formation ! C’est un poste à responsabilité où j’aime encore évoluer pour dépanner.

À quel moment avez-vous fait la bascule entre les deux postes ?

Cela devait être lors de ma signature à Clermont en 2008. J’évoluais encore aux deux postes à Marcoussis mais les Jaunards recherchaient un demi de mêlée pour remplacer Pierre Mignoni. Ils m’ont fait confiance à ce poste… Mais je n’ai pas dû faire la maille parce qu’ils ont très vite recruté Morgan Parra en suivant (rires) !

Un mot sur votre adversaire du week-end, la Section paloise ?

C’est une très belle équipe qui montre des choses très intéressantes. Ils sont toujours plus ou moins prétendants au top 6 même si lors du dernier exercice ils ont été minés par quelques problèmes extra-sportifs. Pau a très bien recruté, des joueurs performants comme Dumoulin ou Septar que j’ai connu personnellement lorsque je jouais à Clermont.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir