• Le talonneur Vincent Giudicelli et ses coéquipiers sont attendus au tournant. Davantage de densité physique sera nécessaire pour retrouver la saveur de la victoire contre le champion de France.
    Le talonneur Vincent Giudicelli et ses coéquipiers sont attendus au tournant. Davantage de densité physique sera nécessaire pour retrouver la saveur de la victoire contre le champion de France. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Rigueur et dévouement

Après quatre matches sans victoire dont trois défaites, les Héraultais sont condamnés au succès. Un tournant qu’ils doivent aborder avec lucidité pour éviter la crise de confiance.

"Je vais devoir trouver des solutions drastiques." Déjà, à l’issue de la défaite face à Castres, Xavier Garbajosa prononçait ces mots au sujet de l’indiscipline de ses protégés. Six journées plus tard, après la rechute bayonnaise (13 pénalités, 1 rouge et 2 jaunes), voilà le MHR revenu au point de départ.

Alors, le manager a dû flinguer ses troupes cette semaine en salle vidéo, pour éviter toute récidive face à Toulouse : "Non pas spécialement. C’est à nous, joueurs, de réagir en nous responsabilisant", résume le numéro neuf Enzo Sanga. Garbajosa poursuit : "Il n’y a pas plus de travail que d’habitude mais une prise de conscience. On veut montrer aux gars qu’il y a des fautes individuelles qui sont évitables, parfois à cause d’une méconnaissance de la règle, et qui coûtent chers. Il faut désormais qu’il y ait une réponse face à leur frustration."

Reprendre l’ascendant physique

Si l’explication n’a pas tourné au pugilat, elle a accouché de quelques petites sanctions, à l’image de la mise au banc de Timu suite à son carton inutile le week-end dernier (il coupe une action décisive castraise près de sa ligne : essai de pénalité et jaune)…

Pour le reste, le technicien n’a pas souhaité rajouter de pression dans un contexte déjà anxiogène : "Il y a le côté factuel et bien sûr, nous ne sommes pas dans nos temps de passage en termes de résultats. C’est un fait. Mais il ne faut pas rajouter de la pression, surtout quand on reçoit le champion de France qui retrouve des couleurs."

Car, au-delà de mauvais réflexes individuels synonymes de cartons (sept, plus mauvais élève du Top14 avec Toulouse) ; à l’instar des gestes de Goosen face à l’Aviron, de Delhommel contre La Rochelle ou de Jac. Du Plessis à Castres ; l’indiscipline des Cistes (11 pénalités concédées par matchs) est majoritairement due à une absence de domination dans le jeu selon "Garba" : "Lorsqu’on est ballotté à droite et à gauche et qu’on perd les collisions, ou qu’on est dominé et en retard sur le jeu au sol ; on est inexorablement sous pression et c’est alors qu’on fait des fautes. L’indiscipline est souvent la conséquence de l’engagement qu’on met. Si on s’y met peu ou pas, on subit les charges des autres et on se retrouve souvent hors-jeu ou on se fait franchir. On rattrape alors les coups en urgence en tendant le bras et on se fait sanctionner d’un plaquage haut… Tout a une cause."

Alors, pour retrouver de la rigueur, les Héraultais auront pour mission samedi de prendre l’ascendant physique sur les Rouge et Noir, en défense comme en conquête. Tout en gagnant en maîtrise dans leur rugby sur tous les plans.

Maîtrise : cent-dix turnovers concédés…

En commençant par respecter les rôles, sans déroger à la stratégie adoptée. Comme ce fut encore le cas à Jean-Dauger, où le jeu au pied de pression et d’occupation, souvent gagnant, n’a été utilisé que par intermittence. Sanga développe : "Nous sommes en dents de scie là-dessus. On sort parfois des systèmes et on se fragilise collectivement dans le jeu."

Autre facteur essentiel : la maîtrise technique. Avec cent-dix turnovers concédés (environ 16 par rencontre !) depuis le début de saison, le MHR est l’équipe du Top 14 la moins performante sur ce point. Et c’est justement sur ces ballons de transition, maîtrisés à la perfection par les hommes d’Hugo Mola, que les Cistes commettent beaucoup de fautes… Rigueur et dévouement seront donc les maîtres mots samedi, pour renouer avec un jeu plus structuré, sans pour autant perdre ce style offensif débridé, redoutable quand il est utilisé avec intelligence.

"C’est un rendez-vous très important pour nous avant la trêve mais le groupe ne panique pas. J’espère qu’on réussira à réaliser un match référence", ajoute le numéro neuf. Xavier Garbajosa conclut : "J’espère que ce sera un déclic pour les garçons, car franchement, ils le méritent. Ils font des entraînements durs, avec un travail physique harassant et un gros volume de courses, car on doit les amener à leur meilleur niveau le plus longtemps possible. Le championnat ne s’arrêtera pas après Toulouse, il y aura un marathon de treize (douze, N.D.L.R.) matches consécutifs à tenir." À Montpellier de bien le démarrer samedi, pour éviter de se lancer dans une course à handicaps, qu’il ne parvient (presque) jamais à remporter.

Julien Louis
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir