Brunel : « Cet échec servira de leçon aux joueurs »

  • Jacques Brunel (France) après la défaite en quarts contre les Gallois
    Jacques Brunel (France) après la défaite en quarts contre les Gallois Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Le XV de France a perdu son quart de finale face au pays de Galles sur la plus petite des marges ce dimanche à Oita (20-19). Une défaite particulièrement cruelle qui scelle le mandat de Jacques Brunel, forcément déçu par le scenario du match.

Quel regard portez-vous sur le carton rouge reçu par Sébastien Vahaamahina ?

Jacques Brunel : Je ne remets pas en cause le carton, les images sont claires. Il s’agit d’un réflexe et je crois qu’il ne le voit pas mais le contact sur le visage y est. Il n’y a donc aucun problème sur cette décision contrairement à d’autres. 

Lesquelles ?

J.B. : On a une mêlée à la fin du match où on enfonce le pack adverse mais on perd le ballon. Je voudrais également revoir le dernier essai car le joueur arrache le ballon vers l’avant et celui qui le reçoit est, me semble t-il, hors-jeu.

Le carton rouge n’est-il pas le tournant du match ?

J.B. : Forcément, dans un quart de finale de Coupe du monde, jouer à quatorze pendant une mi-temps, c’est compliqué. Je veux aussi louer la qualité de mon équipe. Elle a su montrer beaucoup de courage car il a fallu palier l’infériorité numérique mais elle a également pu mettre de l’allant offensif et se créer des occasions de scorer. Je veux mettre en avant la qualité de cette équipe.

Le pays de Galles a-t-il selon vous montré qu’il avait l’étoffe d’un champion du monde ?

J.B. : Personnellement, je suis peu intéressé par ce qui arrivera par la suite au pays de Galles. Je suis plutôt intéressé par ce quart de finale dont on avait largement la possibilité de le gagner.

Quel bilan tirez-vous de cette Coupe du monde ?

J.B. : Le bilan n’est pas positif. On avait l’ambition d’aller plus loin donc c’est quelque part un échec. Maintenant, personne ne nous voyait sortir de la poule ni gagner le quart de finale. On est sorti de notre poule et on a montré qu’on pouvait remporter ce quart. On ne l’a pas fait donc le bilan est celui-là et on est forcément déçu.

Était-ce votre dernier match en tant qu’entraîneur ?

J.B. : Il est évident que je ne ferai pas de cinquième Coupe du monde. J’en ai fait quatre et cela a été un grand plaisir. Même celle-là, où on disait que ce serait compliqué. Elle a été superbe, quelque chose s’est créée dans ce groupe et je suis déçu avant tout pour les joueurs car je pense que ce qui s’est passé dans le groupe présageait de belles choses. Malheureusement, le sort en a décidé autrement.

Que devra faire la génération à venir pour aller plus loin et être plus performante ?

J.B. : Ce qui sera nécessaire, c’est bien-sûr de construire durant ces quatre ans une équipe qui se bati sur des résultats et de la confiance, ce qui nous a manqué. On était une des équipes les plus jeunes de la compétition. À travers cette expérience, ces garçons vont apprendre et grandir. Cet échec va leur servir de leçon. Pour ma part, j’envisage de beaux lendemains pour l’équipe de France.

Anthony Tallieu
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Les commentaires (1)
PROJacquesVerdier Il y a 10 mois Le 04/11/2019 à 19:37

La thèse de Jacques Brunel,Arrivé en 1/4 n'est pas si Mal,appart Midol qui a dit que notre Mauléonais Camille Lopez n'avait pas un bon pied,pour passer le drop de la victoire face A L'Argentine et la Qualification assuré,Mario Ledesma battu par un joueur de sa deuxième Patrie A.S.M.Clermont.Auvergne,qui pourra dire combien ont l'Aiment a C.Lopez,pas un Mot de Laporte,ni de Brunel,sur son drop salvateur,pourtant il le Mérité bien,Merci a toi Camille Lopez,pour Moins que ça R.Ntamack est mis sur un pied d'estal,pourtant sans ces 2 poteaux touché l'edf jouer la demi.Non Sébastien Vahaamahina n'est pas le seul fautif de la défaite face aux Pays de Galles des défaites habituelle sur un détail de buteur...