• Castres Olympique
    Castres Olympique Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Castres : Un physique limité

Dominés physiquement, les Tarnais n’ont que trop peu pu mettre en place leurs séquences offensives. La coupure va faire du bien.

Le constat est toujours le même après un déplacement des Castrais cette saison : une défaite sèche et zéro point pour faire gonfler le compteur des Tarnais. Comme sur la pelouse du Racing 92, comme à Bayonne, comme à Toulouse, les hommes du trio Reggiardo-Prosper-Furet ont perdu à Pau et s’enlisent aux abords de la zone rouge. Inquiétant ? Pas encore, selon les dires du capitaine Baptiste Delaporte : "Il n’y a rien d’alarmant, le classement est très serré. J’ai confiance en cette équipe, en mes coéquipiers, en mon staff. Je ne doute absolument pas de notre redressement."

Sur quels leviers appuyer, alors ? Les Castrais semblent souffrir d’un déficit physique lorsqu’ils évoluent loin de Pierre-Fabre. Ils subissent les duels et ne parviennent que trop rarement à jouer dans l’avancée. Le capitaine Delaporte en convient : "On a gagné trop peu souvent la ligne d’avantage. Dans ces conditions, difficile de remporter des matchs. Nous nous sommes trop souvent retrouvés sur le reculoir." Des propos corroborés par le manager Mauricio Reggiardo : "On a subi pendant cinquante-cinq minutes. Nous n’étions pas capables de jouer en avançant et de leur faire mal au près."

Quinze jours studieux

Effectivement, la domination des Palois aux abords des zones de rucks, où ils furent capables de créer de l’avancée sur les premiers temps de jeu derrière le talonneur feu follet Quentin Lespiaucq-Brettes ou les surpuissants troisième ligne Martin Puech ou Lekima Tagitagivalu. En jouant sur ses talons, Castres a donné le bâton pour se faire battre par des Palois qui n’en demandaient pas tant.

Quels sont les motifs d’espoirs, alors que Castres n’a pas ramené le moindre point de ses quatre déplacements ? Par bribes, cette équipe montre qu’elle peut être très performante. La bouillie de rugby proposée durant la période de domination paloise a accouché de vingt-cinq très bonnes minutes castraises en fin de rencontre, où les Tarnais ont bien failli aller chercher un point de bonus défensif inespéré. "Je ne suis pas inquiété par le classement, pose Mauricio Reggiardo. J’ai pour habitude de regarder le classement britannique et nous sommes à "moins deux" alors que trois équipes sont à "moins trois". Il n’y a pas le feu au lac. On a pu voir que lorsque l’on met en place notre rugby nous sommes dangereux. Pendant les vingt-cinq dernières minutes, on a fait subir Pau. Je suis persuadé que l’on va basculer sur des résultats positifs."

Comment ? Le manager argentin avoue que les quinze prochains jours vont être studieux : "On va se creuser la tête. C’est à moi et à mon staff de trouver les clés pour retrouver cette avancée qui nous fait défaut. On va trouver des pistes. Ensemble." Les joueurs, eux, auront droit, de mardi à mardi, à une semaine de coupure complète. Ils auront intérêt à bien en profiter car la reprise s’annonce musclée, avec en ligne de mire la réception capitale de Brive sur la pelouse de Pierre-Fabre…

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir