Colomiers en pleine mutation

  • À l’image de Jean Thomas, infatigable et dynamique nouveau deuxième ligne, Colomiers réussit un début de saison prometteur. Photo Stéphanie Biscaye
    À l’image de Jean Thomas, infatigable et dynamique nouveau deuxième ligne, Colomiers réussit un début de saison prometteur. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le / Mis à jour le

Au sortir d’un dernier exercice très difficile, Colomiers n’en menait pas large. Le club haut-garonnais a pourtant su apprendre de cette expérience pour réaliser un début de saison des plus encourageants tout en se reconstruisant. Du coup, sa sixième place actuelle est-elle vraiment la surprise du chef ?

Il y a d’abord les chiffres qui reflètent une certaine réalité : à l’issue de ces huit premières journées, Colomiers compte sept points de plus que la saison dernière au même stade. Avec 21 points dans la besace (neuf sur le premier bloc, douze sur le deuxième dont deux bonus offensifs à domicile et deux bonus défensifs à l’extérieur), les Haut-Garonnais ne sont "pas dans la même configuration" comme le rappelle le président Alain Carré : "L’an passé, les 21 points, nous les avions après la quinzième journée, juste avant la trêve de Noël. Je me rappelle que j’avais en permanence les yeux rivés sur les résultats de nos concurrents directs du bas de tableau." Depuis la mi-août, le patron du club à la colombe doit laisser son portable tranquille, être un peu moins stressé et rassuré par ce qu’il voit de ses protégés. La dynamique enclenchée pourrait surprendre lorsqu’on sait quel fut le chemin de croix des Columérins la saison passée.

Une révolution silencieuse

Pour Alain Carré, ce n’est pas vraiment le cas. "Ce n’est pas une surprise, c’était quelque chose qui était tellement désiré quelque part. Il ne faut pas oublier que sur l’intersaison, sur nos matchs de préparation, on avait déjà vu de belles promesses", rappelle le président. Des promesses symbolisées par des joueurs comme Jean Thomas, dynamique troisième ligne élevé à l’école de rugby columérine, repositionné dans la cage en numéro 4. C’est aujourd’hui le joueur le plus utilisé de l’effectif et il fait montre d’un travail de l’ombre colossal sur chaque sortie. Il ne faut pas non plus oublier que fort d’un recrutement intelligent et très homogène mené par Yann Kergoulay où se côtoient joueurs d’expérience (Gori, Earle, Perrin) et véritables paris sur l’avenir (Vici, Soulan, Queheille, Laforgue, Manukula, Carré et prochainement Rokoduguni), Colomiers a aussi étoffé son staff de compétences supplémentaires (Gurthrö Steenkamp à la mêlée, Fabrice Culinat pour les demis de mêlée, David Skrela chez les demis d’ouverture, Guillaume Hör comme nouveau préparateur physique) comme l’avaient souhaité Julien Sarraute et Fabien Berneau. "Il y avait besoin de compétences adjointes et supplémentaires. On le sentait, on le voyait mais on ne franchissait pas le pas. Là nous sommes passés trop près de la correctionnelle pour ne pas réagir", justifie Alain Carré, qui se félicite d’un tel départ et s’avance ambitieux. "Sans faire de bruit, je trouve que nous travaillons bien et que ce qui nous arrive est mérité. Quand tout ça aura bien pris, je crois fermement à une place dans les six à la fin de la saison." Pour Julien Sarraute, l’entraîneur principal, la question des six ne se pose pas et la prudence tout comme l’humilité restent de mise. "Il faut faire attention là-dessus, je ne veux pas qu’on extrapole différents objectifs. Il faut rester les pieds sur terre aujourd’hui. On est en train de construire un groupe, et de se reconstruire tous ensemble. L’envie doit d’abord être celle de lutter pour gagner chaque rencontre. Il ne faut pas crier victoire dès à présent. Ce que je demande aux joueurs ce n’est pas de vivre dans un rêve, mais d’avoir un rêve, et de se donner les moyens d’y parvenir. Aujourd’hui, il y a des étapes à respecter à court et à moyen terme. Le chemin est long et nous avons encore des choses à prouver… On doit avoir de l’ambition oui, mais pas de la prétention, et on doit avoir confiance en nous mais pas de suffisance. Ce sont des mots que je répète aux joueurs toute la semaine à l’entraînement." Pour l’instant, et même si les Columérins bénéficient d’un repos complet cette semaine, ça marche plutôt bien.

Voir les commentaires
Réagir