L’incroyable affaire Peyper

  • Voici les trois moments «chauds» de M. Peyper dimanche, l’essai de Moriarty, la sanction de Sébastien Vahaamahina et enfin, cette fameuse photo prise avec des supporteurs gallois dans le centre-ville de Oita. Photos Icon sport
    Voici les trois moments «chauds» de M. Peyper dimanche, l’essai de Moriarty, la sanction de Sébastien Vahaamahina et enfin, cette fameuse photo prise avec des supporteurs gallois dans le centre-ville de Oita. Photos Icon sport
  • L’incroyable affaire Peyper
    L’incroyable affaire Peyper
  • L’incroyable affaire Peyper
    L’incroyable affaire Peyper
Publié le / Mis à jour le

Qu’est ce qui a pris Jaco Peyper de poser avec des supporteurs gallois la nuit suivant le quart de finale ? L’arbitre sud-africain s’est livré, par imprudence et maladresse, à la vindicte des réseaux sociaux. On a même conteste la désignation d’un sud-africain pour arbitrer ce match.

On en a parlé même aux "Grosses Têtes" de RTL… L’arbitre sud-africain Jaco Peyper a trouvé le moyen de faire l’actualité par lui-même après Galles-France. Son carton rouge à l’endroit de Sébastien Vahaamahina a été jugé normal, son acceptation de l’essai de Moriarty a été commentée, mais n’a pas provoqué de scandale. Il a fallu que le pauvre Jaco Peyper pose avec des supporteurs gallois, verres de bière à la main dans la nuit du match, dans le centre-ville d’Oita, sans doute à la sortie d’un bar. Hilare, l’arbitre mime un coup de coude au visage d’un de ses compagnons de bamboche. L’allusion à l’expulsion du deuxième ligne français est évidente.

Évidemment, un "ami" de la bande a pris une photo et l’a diffusé sur les fameux "réseaux sociaux", Celle-ci a été lancée sur Twitter par un de nos confrères du Figaro. Cette scène incongrue dit évidemment quelque chose de notre société où toutes les images, même prises dans un cadre privé, circulent à la vitesse de l’éclair. Il y a vingt ans, tout cela serait sans doute passé inaperçu. Mais en 2019, c’est le contraire. Car à peine celle-ci publiée, toutes sortes de commentaires ont fleuri, y compris l’idée qu’il n’est pas normal qu’un Sud-Africain arbitre le match des futurs adversaires de son pays en demie. En effet, il a décidé de qui sera l’opposant de son pays. Le monde du football est par exemple très attentif à ça. Certains ont donc remis en cause le fait que les arbitres des phases finales viennent quasiment tous de pays encore en course. Les éternelles grandes nations du rugby alors que les nations du tiers 2 n’ont pas d’hommes au sifflet. Est-ce logique ? Comment qualifier l’attitude de M. Peyper ? C’est une maladresse évidemment quand on connaît les critiques et les suspicions dont les arbitres sont l’objet du matin au soir. Avec son expérience, Jaco Peyper ne pouvait pas ne pas se douter que cette petite saynète entre potes d’un soir se diffuserait de la sorte.

Enquête de world rugby et excuses de l’arbitre

Nos confrères du Parisien ont même trouvé un Français expatrié présent sur les lieux, Fabien Heuzé qui a déclaré : "Il était tout sourire. Ce qui m’a gêné, c’est qu’il était tout sourire. C‘est qu’il y avait un côté mission accomplie dans son attitude. Il a dû se dire : comme il n’y a pas de Français dans les rues je suis tranquille."

Les images ne pouvaient pas ne pas provoquer de réactions des autorités. Bernard Laporte a expliqué : "Quand on voit ça, c’est choquant et même inadmissible. On se moque de Sébastien Vahaamahina et de la France. Je crois que ça mérite une lourde sanction car un arbitre doit être exemplaire en dehors et sur le terrain."

De son côté, World Rugby a pris l’affaire au sérieux, assez pour diligenter une enquête officielle à son sujet. L’organisme a produit un communiqué : "Jaco Peyper reconnaît que la photo prise de lui en compagnie de supporters gallois, qui a circulé sur les réseaux sociaux suite au quart de finale entre le pays de Galles et la France, était déplacée et il s’est excusé." World Rugby a confirmé dans la foulée que le comité de sélection des arbitres a écarté le Sud-Africain des demi-finales. C’est bien la preuve que les officiels du rugby français ont pris au sérieux cette image. Jaco Peyper et les arbitres doivent se le tenir pour dit : un arbitre doit toujours faire attention à ce qu’il fait. Même quand il décompresse dans un bar vers 1 h 30 du matin. Notre société est impitoyable.

Voir les commentaires
Réagir