L’Angleterre en modèle

  • L'Angleterre en modèle
    L'Angleterre en modèle PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

L'édito de Léo Faure... Mako Vunipola était là. Son frère aussi. Ben Youngs, Owen Farrell, Jonny May et Anthony Watson étaient déjà à l’ouvrage. Joe Marler, Dan Cole et Courtney Lawes débutaient la rencontre. George Ford et Joe Launchburry s’inscrivaient dans la rotation. C’est l’Angleterre qui défiera, ce samedi en finale à Yokohama, l’Afrique du Sud pour tenter de décrocher le deuxième sacre mondial de son histoire ? Exact. C’est aussi celle qui avait sombré, il y a quatre ans face au pays de Galles dès les phases de poule. Glacée sur la pelouse par le réalisme de Biggar et un Twickenham soudainement figé dans sa torpeur.

Si les larmes ont coulé, elles n’ont rien étouffé. Le rugby anglais en a nourri son envie de revanche, et les racines d’une équipe qui apparaît plus forte que jamais, renvoyant il y a une semaine les All Blacks à un improbable statut de nation comme les autres. Quatre ans après l’infamie, les Anglais s’avancent en grands favoris pour une finale de Coupe du monde. Avec les mêmes joueurs, ou...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?