• Aurillac à l'échauffement
    Aurillac à l'échauffement Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Un vrai bol d'air pour Aurillac

Les Aurillacois se sont offerts une victoire bonifiée au terme d'un match à enjeu qui n'a trouvé sa solution qu'après l'heure de jeu.

 

De l'enjeu : c'est clair. Aurillacois comme Provençaux n'étaient pas spécialement en position pour ne pas trembler sur ce match. Peut être un poil plus pour Aurillac qui ne peut déjà plus se permettre le moindre faux-pas à Jean-Alric. Alors les locaux mettent, dans un premier temps, la main sur le ballon et tentent, tant bien que mal, de jouer. Du moins d'occuper le terrain adverse car une pluie fine tombe sur la pelouse depuis un bon moment.

Difficile dans ces conditions de produire un jeu léché et on compte plus sur les fautes adverses pour bonifier un semblant de domination. C'est ainsi que Thomas Salles fera 100 % en trouvant trois fois la mire (15e, 26e et 40e). En face, après un échec de Dorian Lavernhe (17e), c'est Florent Massip qui passera trois points (22e). D'un côté comme de l'autre, les chandelles se multiplient et les lignes arrières ont bien du mal à s'exprimer. Ainsi viendra la mi-temps avec peu de jeu et une fragilité palpable tant la victoire est importante pour les Aurillacois.

Et comme quoi cela ne sert à rien d'imaginer quoi que ce soit, le second acte va livrer une tout autre prestation. Un petit quart d'heure pour se mettre en route et deux nouvelles réalisations de Salles (45e et 56e). Massip lui aussi ne manque pas sa chance (48e) et Aurillac mène alors 15-6. À l'heure de jeu, le pack aurillacois a pris le dessus et les ballons portés font mal, très mal. Après un essai de pénalité (63e) et le carton jaune qui s'en est suivi par Kbaier (pour avoir volontairement écroulé), les locaux enchaînent. La pluie est toujours là mais les ballons ne tombent plus. Les gros ne ménagent pas leur peine. Le jeu au près devient une évidence. Shaun Adendorff en force (75e) puis Hugo Bouyssou en filou (79e) donnent à Aurillac non seulement de l'air, mais surtout le premier bonus offensif de la saison. Une victoire sur le tard, mais avec 23 gars qui n'ont rien lâcher. Et ça, ça fait plaisir !

 

 

Le tournant du match :

À la 63e, Mohamed Kbaier écroule volontairement le ballon porté des Aurillacois qui sont à deux doigt de la ligne d'en-but. Stéphane Boyer n'hésite pas une seconde et file sous les perches pour un essai de pénalité. Relation de cause à effet ou pas, le Stade aurillacois se voit pousser des ailes, inscrits deux nouveaux essais, synonymes de bonus offensif, et s'offre une victoire qui va faire un bien énorme.

Jean-Marc Authié
Voir les commentaires
Réagir