• À l'image de Christophe Loustalot, les Montois se sont montrés rassurants.
    À l'image de Christophe Loustalot, les Montois se sont montrés rassurants. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Des raisons d’espérer pour Mont-de-Marsan

Dans des conditions difficiles, le Stade Montois s’est rassuré en empochant un bonus offensif qui devrait lui faire du bien.

Tout n’a pas été parfait, loin de là, face au promu rouennais. Mais quand même, les Montois avaient quelques raisons d’avoir le sourire après une rencontre bien négociée malgré des conditions de jeu peu propices aux grandes envolées.

David Darricarrère, l’entraîneur des trois-quarts montois, voulait ressortir les signes positifs de ce succès : "Je note d’abord que malgré le mauvais temps, nous avons tenté de déplacer le jeu et qu’au final, cela nous sourit. L’essai du bonus vient d’ailleurs de cette volonté de remonter un dernier ballon depuis notre camp. Il y a eu ce soir de la solidarité, et une belle seconde période, bien maîtrisée, après une première plus compliquée. Ce bonus nous fait du bien. Maintenant, pour valider, il faut confirmer à l’extérieur."

C’est vrai, cet essai du bonus, à la dernière minute, inscrit après une dizaine de passes et autant de temps de jeu, prouve au moins que l’ambition et la volonté de sortir de cette position inconfortable au classement, sont intactes. C’est déjà une excellente nouvelle.

Sur la bonne voie ?

Mais il y en a d’autres. Une défense retrouvée, comme lors de l’entame normande où les Montois ont été acculés sur leur ligne de longues minutes sans céder, une discipline, gros point noir du début de saison, qui s’améliore depuis plusieurs matchs, et une animation offensive qui semble un peu plus huilée, voilà ce que cette rencontre a pu mettre en lumière, même si l’opposition rouennaise a paru quelque peu limitée dans ses ambitions offensives, sinon dans son engagement.

Néanmoins, vu le contexte et les conditions difficiles, il n’était pas évident d’aller chercher une victoire à cinq points. Voilà donc une bonne chose de faite, grâce au coup d’œil de Christophe Loustalot, jouant rapidement la dernière pénalité de la rencontre pour adresser, subrepticement, une passe au pied millimétrée à son ailier Teiva Jacquelain, seul sur son aile.

L’ex-Grenoblois, pour sa première apparition, s’offre un doublé, quand le jeune Léo Coly réussit un 100 % dans les tirs au but et que Wame Naituvi, replacé à l’arrière, gratifie le public montois d’un nouvel essai exceptionnel en solitaire.

Encore des motifs de satisfaction. Sont-ils annonciateurs d’un renouveau ? Il est trop tôt pour le dire. Mais les Montois auront deux déplacements successifs pour montrer que quelque chose est en train de prendre forme et que leur jeu, qui est somme toute assez productif à domicile, peut s’exporter. Ce serait alors, à coup sûr, un véritable déclic.

Pierre Baylet
Voir les commentaires
Réagir